Butembo : La consommation des Thomson est mieux que celle des carcasses des poissons appelés « vikichwa » (Professeur Katavo)

Butembo : La consommation des Thomson est mieux que celle des carcasses des poissons appelés « vikichwa » (Professeur Katavo)

Plusieurs  habitants de Butembo se rabattent sur les poissons Thomson depuis la hausse du prix de la viande. Ces poissons congelés importés de la Chine sont prisés pour leur prix accessible à toutes les bourses.

La  conservation de ces poissons fait planer des doutes sur leur incidence à la santé de l’homme.

Nous sommes au croisement de la Rue d’Ambiance avec l’avenue Rwenzori, des clients marchandent le prix et la qualité des  Thomson avec deux vendeuses. Pour ces dernières, les Thomson sont  gardés dans des congélateurs pour une bonne conservation. Après-vente, la quantité   restante est retournée  au lieu d’approvisionnement pour la congélation.

« Nous conservons les Thomson dans des congélateurs. Ils nous parviennent ici dans des cartons.  Nous les enlevons dedans pour les conserver dans des congélateurs. C’est très apprécié par la clientèle. Quand on n’a pas tout vendu, on ramène le reste dans des congélateurs propres. Ces Thomson viennent de Goma » a dit une vendeuse de ces poissons ».

Le Professeur Katavo enseignant à la faculté des sciences agronomiques conseille la consommation  des  Thomson que les carcasses de poissons appelées localement  «  Vikichwa ou Vihalanganga ».

 Même si la température de conservation n’est pas recommandé, ces efforts de conservation des Thompson sécurisent tant soi peu les consommateurs de ces poissons très prisés des bubolais.

« Nous sommes convaincu que ces poissons présentent moins de risque que les carcasses  ou « Vikichwa ». Bien que les méthodes ne soient pas très favorables, elles sont mieux que celle de carcasses. Déjà l’effort que les importateurs de ces Thomsons sont entrain de réaliser pour les conserver à une certaine température même si ce n’est pas la température recommandé, cela sécurise le consommateur » a laissé entendre ce spécialiste.

Célébrée depuis 1967, la journée nationale du poisson permet de valoriser les acteurs de la filière, sensibiliser à la protection des ressources halieutiques et à promouvoir les poissons locaux.

Ismaël Kabuyaya

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *