L’UCG, l’université du village souffle sur 31 bougies

L’UCG, l’université du village souffle sur 31 bougies

L’Université Catholique du Graben a 31 ans d’existence ce samedi 22 aout 2020. Fondée en 1989 par Monseigneur Emmanuel Kataliko alors Evêques du Butembo Beni, l’Université Catholique du Graben aujourd’hui trentenaire passe pour un vrai levain et un levier du développement de la région avec la formation de plusieurs cadres et experts dans des domaines aussi variés que diversifiés.

Dans cette région les habitants qui ont vu les titubants premiers pas de cette initiative, que d’aucun à l’époque ne pouvait hésiter de qualifier de téméraire de la part de l’initiateur, l’enseignement supérieur n’étant à ce temps-là que la chasse gardée de l’Etat, sont émerveillés de voir grandir et s’étendre leur université qui a révolutionné la région. 

Le Vénérable Pasteur de Butembo-Beni de ce temps-là, Monseigneur Kataliko mis confiance à Monseigneur Bernard Sokoni, premier recteur, et lança ainsi les enseignements en faveur des fils du terroir éloignés géographiquement et culturellement des traditionnelles universités congolaises situées à Kinshasa, à Lubumbashi et à Kisangani.

Les premiers diplômes sont délivrés quelques années plus tard, et les habitants de cette région qui n’était encore qu’un grand village, ont vu leurs co villageois devenus Ingénieur agronomes, docteurs en médecine, médecins vétérinaires ou encore licenciés en sciences économiques et de gestion. Les premiers fruits sont succulents, le vin tiré est doux, le village y envoie ses enfants pour qu’ils viennent s’abreuver à la source.

Le génie du créateur avait déjà prévu qu’après ces quatre facultés, le droit et la science politique suivraient. Ce fut après l’ouverture des études en sciences pharmaceutiques et aujourd’hui en philosophie.

L’Université du village, pour le village et par le village rêve aujourd’hui former des ingénieurs polytechniciens, après qu’elle ait contribué à l’essor de ce village qui l’a vu naitre et de toute la région, qui peut aujourd’hui compter sur des centaines des médecins des spécialités diverses, des médecins vétérinaires et des ingénieurs agronomes utiles pour cette région à vocation agro pastorale ; des économistes, des juristes, politologues et des pharmaciens qui peuvent aujourd’hui transformer la potion magique de leur grand-mère en produit pharmaceutique homologué et universellement accepté. Plus accrochant encore, cette université forme déjà en son sein des docteurs en science.

Le rêve du créateur est une réalité, et Monseigneur Sikuli Melchisédech son successeur en fait son affaire, comme l’avait fait l’abbé Malumalu, le professeur Waswandi Athanase ou encore le professeur Mafikiri Tsongo, recteur magnifique qui voit la trente unième étoile briller de mille feu pour éclairer ce village où la vie est plus vivable et qui se veut une ville fière de ses nombreux fils pétris dans ces enceintes de la connaissance. 

Emmanuel Kateri

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *