Butembo: une Zone Economique Spéciale, ZES, qu’est-ce ?, le Professeur Mafikiri Tsongo de l’UCG répond

Butembo: une Zone Economique Spéciale, ZES, qu’est-ce ?, le Professeur Mafikiri Tsongo de l’UCG répond

‘‘Une zone économique spéciale est un espace géographique dans lequel l’Etat décide de promouvoir un ou plusieurs secteurs de l’économie en jouant sur des allégements fiscaux et administratifs dans le but d’attirer des investissements.’’

C’est un rappelle de la définition que donne le professeur Mafikiri Tsongo Angelus, docteur en sciences économiques et enseignant à l’UCG. La Voix de l’UCG a cherché à comprendre ce qu’on appelle une zone économique spéciale, qui fait l’actualité dans la région avec l’implantation prochaine de cet espace dans les environs de Musienene en territoire de Lubero à une dizaine de kilomètres de la ville de Butembo.

Appelée autrement zone franche, une zone économique spéciale est un espace expressément érigé pour promouvoir un secteur pour qu’il soit plus porteur et plus attractif aux investissements locaux et étrangers. Cet espace géographique recoit des usines de production auxquelles des facilités sont accordées en ce qui est de leur implantation et des produits à importer explique le professeur MafikiriTsongo. Ces zones économiques spéciales produisent d’abord pour le pays ajoute-t-il.

‘‘ Dans une zone économique, tous les produits importés sont exonérés de droit de douane et d’autres impôts, des taxes et d’autres facilités réglementaires. Une zone économique là où elle est bien organisée, c’est un véritable levier du développement, en ce qu’elle fait profiter aux opérateurs économiques des facilités énormes. Imaginez que vous avez une usine d’assemblage des motos par exemple et que toutes les pièces que vous importées sont exonérées de droits de douane.’’

A cela s’ajoute le fait que ces facilités fiscales et administratives ‘‘ attirent les investissements directs étrangers, créant des emplois et produisant spécifiquement pour le pays.’’

Donnant l’exemple de Séoul en Corée du Sud, le professeur Mafikiri indique que ces zones sont l’une des bases sur lesquelles l’économie Sud-Coréenne est assise.

 ‘‘ J’ai plusieurs fois visité les zones économiques en Séoul en Corée du Sud. Des vastes espaces géographiques où il n’y a par exemple que des industries de l’électronique. On y fabrique des ordinateurs avec des facilités administratives incroyables. C’est comme ça que des investisseurs américains affluent en Corée du Sud pour venir investir dans la tech, convaincus qu’ils auront par exemple de 5 ou 10 ans sans payer les impôts.’’

Cependant, à l’érection de cette zone économique spéciale de Musienene, l’Etat doit rassurer d’avoir relevé les défis de la sécurité, des infrastructures pour l’évacuation des produits et de l’électricité prévient le professeur Mafikiri. ‘‘ L’Etat aménage la zone, il y fait des routes, les asphaltes, y met électricité et de l’eau… on installe ensuite des usines qui peuvent prendre par exemple moins de 1000 personnes en termes de travailleurs pour ne pas aussi trop encombrer le site.’’ 

S’il n’y a pas des implications politiques et si une bonne étude de faisabilité est faite, cette zone économique spéciale de Musienene sera une réussite au vu du dynamisme économique local indique le professeur Mafikiri.

Emmanuel Kateri

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *