Beni-Securité: Apart le commerce de cacao et du bois, l’or et le pétrole alimenteraient les tueries à Beni (société civile)

Beni-Securité: Apart le commerce de cacao et du bois, l’or et le pétrole alimenteraient les tueries à Beni (société civile)

Le commerce de cacao et du bois alimenterait les massacres des civils à Beni. C’est le point de vue de la société civile du territoire de Beni dans une interview avec La Voix de l’UCG en cette période où ces massacres s’intensifient. Selon Janvier Kasahiryo, rapporteur des forces vives du territoire de Beni, à ce commerce du bois et du cacao devrait s’ajouter le projet d’exploitation de l’or, et du pétrole même si cette hypothèse est encore en étude.


Au-delà de l’hypothèse de l’occupation des terres par des immigrés, le commerce du cacao serait parmi les raisons de ces tueries des civils en masse. Et comme dans une jungle, civils, militaires, rebelles ADF ou mai mai se ruent impunément sur le trafic de cette culture qui constitue la matière première du chocolat.
‘‘Il est évident que la culture de cacao est l’un des facteurs qui alimentent le conflit ici. Il s’observe qu’il y a des organisations, entreprises ou institutions qui viennent pour l’achat de cacao. Ils utilisent ces mêmes ADF pour la récolte de cacao. Vous savez que des populations ont fui leurs champs. Aujourdhui, c’est comme dans une jungle : et certains militaires, et les rebelles ADF, et les mai mai actifs dans le territoire de Beni, et certaines brebis galeuses de notre population, tous vont récolter ce ccao abandonné, alimentant ainsi le conflit qui fait fuir les habitants massacrés depuis sept ans.’’

Lisez:  Beni/Opérations Sokola I: les Indignés contre la proposition des élus et plaident plutôt pour la purge des infiltrés


Autre hypothèse, le commerce du bois et actuellement l’exploitation éventuelle de l’or dans cette zone qui alimenterait les massacres des civils indique Janvier Kasahiryo.
‘‘ Certains officiers militaires sont accusés dans l’exploitation du bois. Aujourhui, on ajoute l’or dans la zone de Mapobu. Et même la question de l’exploitation du pétrole dans la zone de Kainama serait en train d’être examinée.’’
La Voix de l’UCG a tenté de joindre le porte-parole de l’armée dans la zone, mais celui-ci n’a pas répondu à nos sollicitations. Nous rappelons que mardi 17 novembre, 29 corps des civils ont été découverts dans une rivière en territoire de Beni selon un communiqué de presse du gouvernement provincial. Aussi, 7 civils ont été tués dans le village de Kokola toujours dans cette entité.

A lire aussi:

Consultations : les députés ont plaidé pour la nomination d’un officier autochtone à la tête des Opérations militaires Sokola I

EMMANUEL KATERI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *