avril 8, 2020

LA VOIX DE LUCG

La radio intelligente

Butembo : Les diffuseurs des fausses informations ou de fake news devraient être traduits en justice, « CT Rashidi Amuri Kasongo »

Parager sur:

Diffuser les informations non encore vérifiées via les réseaux sociaux surtout comme il en est l’habitude aujourd’hui, peut s’avérer criminel. Les diffuseurs des fausses informations ou de fake news devraient être traduits en justice, en dépit de la liberté d’expression dont ils jouissent. Avis de Monsieur Rashidi Amuri Kasongo qui est chef de travaux enseignant à l’UOS Beni. Il l’a dit le 12 mars, journée mondiale contre la censure sur internet.

La liberté d’expression c’est la règle pour tout le monde. Il faut cependant une certaine éthique lorsqu’on diffuse une information, même à travers les réseaux sociaux. « Les principes démocratiques prêchent cette liberté, mais une liberté sans règles n’en est pas une » estime Rashidi Amuri Kasongo.

Le danger d’une information diffusée sans être vérifiée ce sont les conséquences qu’elle peut engendrer. Rashidi Amuri donne le cas de la panique crée en début de cette semaine à Butembo, faisant croire la présence des rebelles ADF à Vusehi. Il évoque dans cet élément un autre exemple à Beni où à 2016, par crainte des faux ADF, les gens sont morts noyés sous une forte pluie à cause d’une rumeur diffusée sur les réseaux sociaux.  Le chef de travaux Amuri déplore le vide juridique dans la règlementation des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication. Il demande ainsi au législateur de penser à cette loi et à tout le monde, de se rassurer de ce qu’il diffuse via internet.

Emma KATERI

Parager sur: