Nord-Kivu : un mouvement citoyen de Butembo propose des sit-in aux domiciles des députés, jugés de complaisant dans l’évaluation de l’Etat de siège

Sit-in de la LUCHA devant QG Monusco Butembo @Crédit Photo Georges Kisando

Les députés nationaux sont  parmi les coupables des faibles résultats de l’Etat de siège et les opérations militaires menées dans la région. Selon la lecture faite par le mouvement citoyen Antigang, basé en ville de Butembo, les élus nationaux sont complaisants dans l’évaluation de l’Etat de siège en cours en provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri.

Charles LwangaSondirya, communicateur de cette structure,  trouve absurde, qu’un élu du peuple,  puisse  vanter  les résultats de la mesure de l’Etat de siège alors que la réalité est tout autre sur le terrain. Pourtant, selon lui,  plusieurs ont été élu sur base des promesses du genre ‘’Votez pour moi, je vais plaider pour le retour de la paix’’.      Comme stratégie de mettre la pression sur ces élus, Charles Lwanga, invite leurs électeurs à organiser des  sit-in aux domiciles de leurs représentants.

« Tous nos députés sont ici, pratiquement le caucus du Nord-Kivu est présent à sa base. Cela signifie qu’il y aura la 8e prorogation de l’Etat de siège sans eux. Nos députés ne font pas leur travail. Ils  seraient à Kinshasa », dénonce Charles Lwanga.

« Nous entendons de plus en plus une mobilisation autour de  l’application de l’article 63 de notre constitution qui nous invite à nous lever lorsque la nation est trahie, et il n’est  applicable que s’il y a une loi organique pour définir comment nous allons nous lever comme un seul homme. Maintenant que les députés n’y pensent même pas, toute mise en œuvre de cet article paraitra comme un acte de rébellion. L’action à mener c’est l’organisation des sit-in aux domiciles des députés. Soit ceux-ci refusent de toucher leurs émoluments ou encore ils reviennent à la base, signe de révolte contre le gouvernement », ajoute-t-il.

Pour le  mouvement citoyen Antigang les journées villes mortes, sont des vielles recettes suicidaires pour l’économie locale et qui ont déjà fait preuve de leur limite.

Georges Kisando Sokomeka

 

1 Comment

  1. C’est la seule stratégie qui nous reste, amener nos députés nationaux de travailler à la hauteur de leur tâche.ils doivent savoir qu’ils sont comparables de la situation sécuritaire conformément à l’article 202 de notre constitution.

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*