Butembo_Journée de deuil et prière: Malgré leur adhésion à l’action certains marchants ont quand même travaillé, ils en donnent les raisons

La journée de deuil en mémoire des victimes des massacres et de prière pour la paix est une réussite selon les organisateurs. Cette journée a vécue ce lundi 20 Septembre en ville de Butembo sur appel de la société civile locale. Néanmoins certains marchants sont quand même arrivés en ville pour plus d’une raison.

Comme à l’accoutumée, pour une journée décrétée sans travail, dans cette ville commerciale de Butembo,  les boutiques, galeries et services n’ont pas fonctionné dans le centre ville. Seuls quelques revendeurs des friperies ont installées leurs commerces sur le trottoir en plus des vendeuses des produits alimentaires dans les marchés central. Même certaines pharmacies ont fermé leurs portes. Abordés, ceux et qui ont ouvert leurs petits commerces souligne qu’ils soutiennent l’action mais ils sont poussé par les impératifs de la vie au quotidien.

« Il y a des gens qui ont des besoins comme le fait qu’il n’y a pas de la farine à la maison. Ils viennent pour juste pour avoir 1000 ou 2000 francs et renter à la maison. », se justifie Alain Mbakuingulu que nous rencontrons au marché d’entrain d’ouvrir son kiosque après 4 jours d’absence au marché pour des raisons familiales.

« Je suis en ville, ce n’est pas pour travailler. Je suis venu voir la situation. Tout le monde n’est pas venu travailler. Ils sont venus voir comment s’organiser pour qu’on se prenne en charge. », eclairie Emery Nzanzu qui est en promenade en ville comme tous ces boutiquiers qui font la grue  et palabrent devant leurs shops fermés.

« Je communie avec tout le monde. Je suis venu travailler pour chercher à manger pour les enfants car hier c’était dimanche et on n’avait plus d’argent. Je suis venus chercher juste à manger pour les enfants » avoue Muyisa Glodie, vendeuse au marché central de Butembo

 «  On doit abandonner les marches pour réfléchir ensemble autour d’une table. Et lorsqu’on a une nouvelle stratégie, on ne doit pas la divulguer, plutôt directement passer à l’action », contextualise adèle tenanciere d’un shop au marché central de Butembo.

Les organisateurs remercient la population de Butembo pour avoir suivi le mot d’ordre qui est un signal fort envers, non seulement l’ennemi, mais aussi les autorités sensées œuvrer pour ramener la paix. Des nouvelles stratégies seront peaufinées souligne Van Germain Katsiwa, vice-président des forces vives de Butembo.

« Nous avons demandé à la population de pleurer chacun en sa manière en respectant nos us et costumes. Nous sommes ravis que tout le monde est resté à la maison pour faire son deuil », explique Van Germain Katsiwa, vice-président la société civile de Butembo avant d’ajouter que : « Néanmoins, nous avons déjà constaté que nos stratégies actuelles ont des limites. C’est pourquoi nous allons nous mettre pour peaufiner des nouvelles. »

Il en appelle à la synergie des efforts pour lutter contre cet ennemi commun qui menace la région et qui est sur les portes de la ville de Butembo.

HERVE MUKULU

38 réflexions sur “Butembo_Journée de deuil et prière: Malgré leur adhésion à l’action certains marchants ont quand même travaillé, ils en donnent les raisons

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *