Butembo : Déjà jugé d’inefficace, le couvre-feu décrié

Les mesures de sécurité ont été renforcées dans les villes de Beni, Butembo et Goma, au Nord-Kivu, au lendemain de l’explosion à la grenade qui a fait des morts et des blessés la soirée de Noël à Beni. Parmi ces mesures annoncées, dimanche 26 décembre, par le gouverneur du Nord-Kivu, le Général Ndima Constat, figure le renforcement du couvre-feu dans les villes concernées. A Butembo, de nombreux habitants jugent cette mesure d’inappropriée et les groupes de pression proposent des nouvelles méthodes.

Le couvre-feu ramené à 19 heures en ville de Beni, et à 20 heures à Butembo et Goma n’est pas une mesure appropriée, selon la plus part des habitants que nous avons interrogés ce lundi 27 décembre au centre-ville. Ils disent que ce n’est pas pour la première fois qu’il est décrété, mais la situation reste la même.

Une mesure de trop, « Je pense que le couvre-feu n’a jamais été une mesure appropriée pour lutter contre l’insécurité dans le contexte de Beni et Butembo ; parce que, comme vous le savez, il a déjà été instauré par le passé, mais il n’a pas apporté la solution au problème de l’insécurité », déplore un homme rencontré à l’ITAV.  Celui-ci est soutenu par une tenancière d’un restaurant se trouvant à Vusenzera, « Ces couvre-feux ne nous ont jamais aidés. Pourquoi doit-on continuer à les décréter lorsqu’on sait qu’ils se sont montrés inefficaces pour endiguer l’insécurité », s’est-elle exclamée.

Nouvelles méthodes

La même observation est partagée par Charles Lwanga du Mouvement Antigang, un groupe de pression basé à Butembo. Il propose plutôt la surveillance à base communautaire et une police véritablement de proximité, « On devait plus activer la police de proximité et la surveillance communautaire. Donc demander aux gens de chaque fois se surveiller mutuellement pour remonter auprès des chefs de quartiers tous les mouvements de X ou Y dans leurs ménages pour qu’à  leur tour, ils puissent les remonter auprès des services de sécurité », a-t-il proposé.

Jeunes Patriotes de Butembo, un autre groupe de pression abonde dans le même sens. Mais va plus loin jusqu’à plaider pour le renforcement du contrôle dans les endroits en forte concentration population ; « Il faut plutôt renforcer le contrôle au niveau des églises, des boites de nuit et des écoles et voir si les agents qui sont commis à ces endroits ont des matériels qu’il faut pour détecter les armes cachés ou quelque chose de dangereux », argumente Serge Makeo du Mouvement des Jeunes patriotes de Butembo.

Pour rappel, la mesure du couvre-feu décrétée au Nord-Kivu depuis l’instauration de l’état de siège était encore en cours. Il allait de 21 heures à 4h59’. Il est désormais renforcé dans les villes de Beni, Butembo et Goma au regard de la situation vécue la soirée de Noel à Beni.

Jackson Sivulyamwenge.

WP Radio
WP Radio
OFFLINE LIVE