A Oicha: Les responsables d’écoles sensibilisent sur la détection des engins explosifs en milieu scolaire

Depuis la dernière explosion d’un  engin explosif à Oicha, les séances de sensibilisation sont organisées dans les écoles à l’intention des écoliers, élèves et enseignants. Objectif, leur apprendre à distinguer les engins explosifs des autres objets qu’ils peuvent trouver dans la cour ou dans les environs de l’établissement.   Dans presque toutes les écoles, la menace est prise au sérieux et la vigilance est de mise.

A l’EP MAMIKI située à l’Est de la commune d’ Oicha, le directeur, MUHINDO KISWAHILI Jean organise une parade chaque matin pour prévenir ses écoliers.

« A la parade matinale et après l’hymne nationale, nous avons entretenu les élèves pour leur expliquer qu’il est actuellement dangereux de ramasser ou approcher  des objets dont on ne maîtrise pas la constitution ou la provenance. Nous avons aussi  demandé aux enseignants de venir avant le temps pour vérifier chacun sa classe et les environs avant même que les apprenant n’arrivent », laisse-t-il attendre.

Outre ces mesures devenues presque quotidiennes dans chaque institution, l’école primaire NZANZA, située au Nord-est, a aussi interdit le passage des étrangers dans la cour scolaire, surtout pendant les heures de cours. D’après KAMBALE KIRONA’MWATSI, son directeur, des barrières ont été placées à toutes les entrées.

« Comme mesure barrière, nous avons barré l’entrée pour les externes. Et si c’est une personne qui vient chez-nous, il n’a pas droit de voir qui que ce soit avant qu’il ne soit autorisé par le bureau. On est strict là-dessus, même pour les parents qui viennent entretenir leurs enfants à l’école», précise-t-il.

Au complexe scolaire MUKAKIRA, au centre d’Oicha,  le directeur estime que la difficulté réside encore au niveau du contrôle des entrées.

« Ici nous avons demandé aux enfants de se regarder en face pour détecter tous les intrus et ainsi vite alerter. Mais il est très difficile de contrôler les entrées. Nous en avons trois, et certains de nos visiteurs arrivent et n’osent même pas s’arrêter », déplore monsieur Jean Pierre BIN MBAYAHI.  Partout dans les écoles, les chefs d’établissements plaident pour la dotation des écoles en matériels de détection de risque.

Jackson Sivulyamwenge