Beni/Assassinat d’un leader musulman : « beaucoup d’acteurs de la Société Civile sont dans les viseurs des terroristes ADF» (Omar Kavota)

Des réactions fusent de partout après l’assassinat de Cheikh Djamali Moussa la soirée de ce mardi 18 Mai 2021 dans la localité de Mavivi en territoire de Beni.

Le Centre d’études pour la Paix, la Démocratie et les Droits de l’Homme, CEPADHO  se dit choqué et consterné.

Le Vice-président du Conseil d’administration de cette structure  croît à un acte ciblé de la part des terroristes ADF. Me Omar Kavota condamne ce crime et appelle les nouvelles autorités militaires instaurées de suite à  l’état de siège  instauré par le Chef de l’Etat congolais à rechercher les auteurs de ce sale  coup.

“Nous sommes extrêmement choqué et consterné par la disparition tragique de notre frère, notre collègue Sheikh Djamali Moussa. Nous savons que c’est à la suite de son courage à défendre la population contre le terrorisme qu’il a été la cible de ces tueurs. ”, a dit Maître Omar Kavotha, vice-président du conseil d’administration du CEPADHO.

« Nous savons qu’ils ont beaucoup des noms, beaucoup d’acteurs  sont dans leurs viseurs et nous savons qu’à tout moment nous courons le danger.  Nous voulons ici, humblement solliciter les autorités mises en place au Nord-Kivu à pouvoir assurer la sécurité des défenseurs des droits humains… », plaide Omar Kavota.

Sheikh Djamali Moussa, vice-président de la société civile du groupement Batangi-Mbau en territoire de Beni  vient d’être assassiné par des inconnus armés, la soirée de ce mardi 18 Mai 2021.

 Sheikh Djamali Moussa  était un très influent membre de la société civile qui était connue pour ses dénonciations contre les tueries à Beni .

Pour rappel,  la soirée de samedi 1er mai 2021 en pleine ville de Beni,  c’est Sheikh Ali Amini, chef de la communauté musulmane à Beni  qui a été tué par balles. Il a été abattu à la mosquée Al-Jammiya de Mupanda, au quartier Kasabinyole dans la Commune Ruwenzori par un homme armé, non encore identifié.

Georges Kisando Sokomeka

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *