Beni: les attaques en répétition contre les civils en groupement Bambuba Kisiki dénoncées par une Association des élèves et étudiants

La semaine du 13 au 20 mars a été meurtrière sur la route nationale numéro 4. Les rebelles ougandais ADF-MTM ont intensifié les attaques dans le groupement Bambuba Kisiki en territoire de Beni pendant toute la semaine alors que la route est supposée sécurisée par les FARDC et la Monusco dénonce l’association des étudiants ressortissants de oicha et ses environs, AEROE.

Marche écolier pour réclamer la paix à Beni
@Imaage d’archives

Cette association qui condamne ces actes, ne cache pas son regret de voir, selon elle, comment les autorités de l’état de siège ferment les yeux devant cette situation. Prince Kambale Musavuli, président de l’AEROE a été joint au téléphone ce dimanche 20 mars 2022, par la Voix de l’UCG. ‘‘C’est une grande désolation. Nous ne comprenons pas comment toute une semaine durant, l’ennemi arrive à tuer presque chaque jour sur le même tronçon alors que plusieurs forces armées sont présentes. Les FARDC et la Monusco y ont des camps. Les forces coalisées FARDC-UPDF sont également dans la région mais ce qui est regrettable est qu’on ne peut pas prévenir les massacres. Plus de 8 personnes sont décédées sur cette route en une semaine. Imaginez la situation des élèves et étudiants de la contrée. Ou celle des étudiants dont les parents vivent de l’activité sur cette route. Que dire des élèves et étudiants qui y perdent leurs parents ou tuteurs? Et déjà on constate des abandons des élèves et étudiants de cette contrée. Et peut être d’ici là, si rien n’est fait, les écoles de ce milieu peuvent fermer les portes suite à cette insécurité.’’

Emmanuel KATERI

WP Radio
WP Radio
OFFLINE LIVE