Butembo : 60 % des filles consultées aux cliniques de l’UCG ont déjà subi ailleurs l’opération de kyste d’ovaire (docteur Justine Vuma)

60% de jeunes filles  qui ont  consulté aux cliniques de l’Université Catholique du Graben ont  déjà  subit l’opération de kyste d’ovaire.  Inquiétude  de Justine Vuma, docteur gynécologue traitant aux cliniques de l’UCG. Selon elle, recourir à l’intervention chirurgicale pour de problème de kyste d’ovaire est à l’origine de plusieurs conséquences néfaste sur la santé de la femme.

En soi, le problème de kyste ne peut amener  à penser intervention chirurgicale, estime  Dr Justine Vuma. Le mieux pour elle serait de  consacrer une bonne période d’observation  de la  patiente   après consultation.  C’est à ce sens que notre interlocutrice invite  tout personnel soignant à revoir  sa déontologie  médicale pour  limiter  tout risque.

« On recommande vraiment que quand on a une découverte fortuite d’un kyste ou d’une masse sur la jeune fille il faut y aller lentement. Faire des examens et être trop patient parce que c’est une découverte d’une manière imprévue. Si elle n’a pas de plainte et en faisant l’échographie vous découvrez ça, il ne faut pas crier qu’il y un kyste et vouloir l’enlever. J’insiste sur cette prudence vue que les conséquences sont très grave » a dit docteur Justine Vuma.

Trois jeunes filles  sur cinq sont victimes de cette mauvaise pratique dans les structures de la place a informé  docteur Justine Vuma qui conseille de se faire consulter toujours auprès de personnel soignants qualifiées. 

Retenez que la jeune fille peut connaitre le problème de kyste d’ovaire à partir de l’âge  pubère.

Guylaine KASASYA

WP Radio
WP Radio
OFFLINE LIVE