Butembo : après sa démobilisation, un ancien ‘Kadogo’ s’est bâti une fortune grâce au commerce des mitrailles ou ‘Ngolongoto’

Réinséré par le Centre de Formation et d’Animation pour un Développement Solidaire, CEFADES de l’Université  Catholique du Graben, Kasereka Makwera,  s’est converti en entrepreneur. Il  est à la tête d’une startup engagée dans la collectedes  déchets recyclables  dont  les mitrailles, localement appelés ‘NGOLONGOTO’.

Shauri Lako, c’est le nom de cette startup basée en ville de Butembo avec une succursale à Kasindi. Elle encadre plus de 150 salariés.Le jeune homme, la trentaine révolue,  à la base de cette initiative est un ex enfant soldat. Dans une interview accordée à La Voix de l’UCG, il témoigne que son fonds de démarrage lui a été donné après une formation en petit commerce  sous la houlette du CEFADES.

« J’ai été démobilisé. On a demandé à tous et chacun de nous de se choisir un métier avant de suivre une formation y relative.  J’ai  opté pour le petit commerce. C’est ainsi que je me suis lancé dans le commerce des mitrailles. Chaque dollar gagné, je le logeais sur mon compte bancaire», témoigne  Kasereka Makwera.

Le jeune entrepreneur qui n’a pas eu la chance de finir les études primaires a déjà ouvert une succursale à Kasindi.

« Je collection les mitrailles,  les déchets  plastiques, des téléphones déclassés pour les revendre en Ouganda », explique-t-il fièrement.

Tourner le regard  vers l’avenir 

Kasereka Makwera, qui gagne désormais dignement sa vie,  défi toutes les théories qui diabolisent les programmes de démobilisation et réinsertion des ex-combattants.

Il roule carrosse, il a trois véhicules et plusieurs motos triporteurs qui lui servent de collectionner les déchets recyclables. La lutte armée c’est une vielle histoire à laquelle il a déjà tourné le dos.

« J’ai déjà construit des maisons. Suis à présents fière de mon travail. Ceux (Ndlr les anciens combattants) qui rentrent  en brousse, je me dis que ce sont des indisciplinés,  des personnes qui ne sont pas organisées », fait savoir Kasereka Makwera. 

Monsieur GodeffroyKahembula, Secrétaire Exécutif du CEFADES témoigne qu’ils sont plusieurs, les anciens enfants soldats qui ont réussis dans différents secteurs  après leur réinsertion dans la communauté.

« Il est vrai que certains jeunes retournent dans des groupes armés après démobilisation. Nous comptons également plusieurs  démobilisés qui ont réussi en mécanique, en coupe couture, en coiffure et en petit commerce. Notre  constat est que ceux qui réussissent, ce sont les personnes qui se lancent dans l’entreprenariat », témoigne Monsieur GodeffroyKahembula.

Rappelons que depuis les années 2000, lorsque la région était en proie à la prolifération des groupes armés,  le CEFADES de l’UCG  a accompagné l’exécution des activités relatives à la promotion de la réinsertion sociale des ex-combattants et celles cadrant avec le développement durable.  Objectif : transformer les anciens belligérants, désormais démobilisés, en entrepreneurs. 

Georges Kisando Sokomeka

WP Radio
WP Radio
OFFLINE LIVE