Butembo : Asphaltage de la rue Père Jérôme, la société civile veut y voir clair

Projet d’asphaltage de la rue Père Jérôme Masumbuko qui va du boulevard principal de la ville de Butembo précisément de la Sonas à la mairie, la société civile veut y voire claire. Redevabilité oblige ! Dans une interview accordée à La Voix de l’UCG, Van Germain Katsiwa, rapporteur des forces vives de Butembo indique que la population a droit de savoir à quand le début effectif des travaux lancés depuis samedi 19 septembre 2020, quel est le coût global des travaux et leur durée…

Se confiant à La Voix de l’UCG, le rapporteur de la société civile de Butembo a d’abord remercié le gouvernement provincial du Nord Kivu pour l’initiative. C’est une réponse à un besoin réellement ressenti pense Van Germain Katsiwa. Néanmoins, le rapporteur de la société civile tient à rappeler que le gouvernement provincial n’est pas à sa première promesse à propos de cette rue. Les travaux sensés commencés lundi 21 septembre 2020, n’ont toujours pas connu leur début quatre jours après se désole la société civile de Butembo. Et depuis, aucune communication.

La société civile de Butembo pense aussi qu’au lancement des travaux, tout devrait être clarifié. Ni le cout global, ni le délai d’exécution, moins encore la qualité des travaux ne sont connus du grand public. Une entorse dans la redevabilité indique Van Germain Katsiwa. ‘‘ Ce qui étonne c’est qu’au lancement des travaux on a pas dit la route sera de quelle largeur, quelle longueur, le bitume sera de quel épaisseur, quel est le coût des travaux et combien de temps ils dureront.’’ C’est ici le lieu de s’interroger aussi à propos des 60 francs congolais que perçoit la province sur chaque litre de carburant et qui sont destinés à la réfection des routes estime Van Germain. ‘‘Les conducteurs de tous les engins roulants paient pour ça à chaque fois qu’ils roulent. Comment est géré cet argent destiné aux routes ? le gouvernement provincial devrait répondre à cette question. Si la ville de Goma bénéficie aujourd’hui de ces 60 Fc, on se demande à quand le tour de Butembo et des autres entités. Elles doivent en bénéficier proportionnellement à leur capacité de mobilisation de cet argent’’ plaide Van Germain Katsiwa.  

Nos efforts pour joindre l’autorité urbaine à qui nous a référé le service urbain de l’Office de Voirie et Drainage OVD qui exécute les travaux financés par le Fonds National d’Entretien Routier FONER n’ont pas encore payé. C’est une affaire à suivre.

Emmanuel Kateri