Butembo-Beni : les opérateurs n’ont plus que Ishasha comme frontière sûre

Les opérateurs économiques  affiliés à la FEC Butembo –Lubero suspendent toute importation et exportation  via la frontière  de Mpondwe-Kasindi. Ceci, en attendant que le gouvernement leur donne des garanties au sujet de la sécurité de leurs marchandises sur les routes Kasindi-Beni-Butembo et Butembo-Bunia-Kisangani. C’est ce qui ressort  de la lettre signée par Polycarpe Ndivito, Président de la chambre de commerce de Butembo-Lubero. Quelle alternative envisage le patronat de Butembo ?

Polycarpe Ndivito s’est confié à la Voix de l’UCG, élément de réponse dans ce condensé  de Hervé Mukulu.

Malgré les sinistres en plus de l’Etat de siège, les opérateurs économiques de la région continuent de payer les taxes comme si de rien n’était. Polycarpe Ndivito déplore ainsi le manque de compassion du gouvernement. Les réclamations d’un convoi, l’indemnisation des victimes n’ont encore rien donné alors le gouvernement est le seul qui peut mettre fin à cette tragédie.

« Nous, on n’est pas en conflit avec le gouvernement. Nous, on veut que l’on sécurise nos marchandises. Parce que c’est impensable et même intolérable que nous continuions à payer normalement les taxes alors que nous sommes dans un état de siège. On paie les taxes comme si rien n’était et que l’on ne pense pas à sécuriser les biens des opérateurs économiques », déplore Polycarpe Ndivito avant de marteler : « Autant nous demandons au gouvernement une compassion, autant nous demandons de payer les sinistres, de prendre en charge les sinistres causés par l’inefficacité des  forces de sécurité. Nous avions demandé à ce que le gouvernement puisse organiser l’escorte justement. »

«  A Kasindi si gouvernent et les forces de sécurité s’y prennent, je crois qu’ils peuvent facilement maîtriser la situation. Parce que ce sont des attaques sporadiques, s’il y a une synergie dans les forces armées, ils peuvent facilement contenir ça et nous laisser passer », espère cet opérateur économique.

La seule alternative qui se présente est Ishasha dans le Rutshuru, explique Monsieur Ndivito.

« Pour le moment, c’est Ishasha. Bunagana étant prise en partie, on peut passer par Ishasha en attendant que les jours meilleurs arrivent. Parce qu’avec ce qui se passe entre Beni et Komanda, on ne peut pas passer par Mahagi», se résignent les opérateurs économiques.

Régulièrement, les véhicules sont pris pour cibles par les rebelles ADF sur la route Beni-Kasindi. L’engin, les biens et les personnes sont tués et brûlés. Pour certains véhicules d’import-export des biens, les pertes sont estimées entre à plus de 100 mille dollars américains dollars sans compter l’engin. Entre Juin et juillet 2022, la société civile Butembo a répertorié 11 véhicules incendiés alors qu’il y a dans la région une opération militaire conjointe FARDC-UPDF.  

Hervé Mukulu & Georges Kisando Sokomeka

WP Radio
WP Radio
OFFLINE LIVE