Butembo : Certains habitants pas d’accord avec la déclaration du maire sur les deux semaines sans cas d’insécurité

Les victimes des derniers cas d’insécurité se disent étonnés de la dernière déclaration du maire de Butembo, faisant étant d’une amélioration de la situation sécuritaire les deux dernières semaines. L’une de ces victimes s’interroge au sujet du critérium sur lequel s’est basé le maire pour faire cette déclaration.

Pour cet homme d’une vingtaine d’année vivant au quartier Vutsundo, il y a moins de deux semaines qu’un cas de cambriolage a été enregistré dans sa cellule. A part chez lui, les bandits ont aussi visités la parcelle voisine. Ici, les bandits ont violé une fille et emportés plusieurs biens.

« Je ne sais pas sur s’est basé à quoi pour faire cette déclaration. Je me demande si le maire est vraiment humain. Juste chez nous il y a eu un cambriolage. Les bandits ont violé une fille et ont emporté nos téléphones et beaucoup d’argent. A part cela ils ont crépité des coups de balles.  Il y a même pas deux semaines » a déclaré un habitant du quartier Vutsundo.

Cependant, le chef des travaux Richard Ndekeninge spécialiste des droits de l’homme et enseignant en faculté de droit de l’UCG considère la déclaration du maire de Butembo comme une désinformation.

« Tout observateur averti constate que dans les deux dernières semaines il y a eu un taximen qui est mort et dont on ne connait pas la cause. Il y a eu des coups des feux dans différents quartier de la ville. Il y a des gens qui continuent à se faire tabassées parce qu’elles rentrent le soir. Au regard d’autant d’élément et tant d’autres, je me demande si c’est sur base de quels prémices le maire a fait sa déclaration. Je pense que s’il ne dispose pas d’autres clés de lecture, ça serais carrément une désinformation de la ville avec une telle fausse information que le maire donne aux médias » a dit le CT Richard Ndekeninge.

Il ajoute que les autorités ont encore beaucoup d’effort à fournir  dans le secteur de la sécurité à Butembo. Il conclut que les autorités ont le devoir d’assurer une sécurité permanente de la population et ses biens.

Ismael Kabuyaya et Nicole Ndondo Mathe