Butembo-conférence des Bami : le Mwami Abdoul Kalemire III dénonce la politisation du pouvoir coutumier

Le Mwami Abdoul Kalemire III ne reconnaît pas la conférence des chefs coutumiers qui s’est ouverte à Butembo le mercredi 15 décembre à l’auberge.

Pour cause, il récuse la méthode car les affaires coutumières se traitent dans le Kyaghanda et non les hôtels. Il dénonce ainsi la politisation du pouvoir coutumier et craint l’exposition des secrets du pouvoir traditionnel aux non-initiés.

Mwami Adbul Kalemire III s’est confié à nos confrères journalistes de Bashu à ces termes : « Nous ne sommes pas informés sur cette conférence officiellement. Nous avons été informés à partir des médias. Nous pensons que si c’était une affaire coutumière, on ne devait pas se rencontrer dans un hôtel plutôt dans un lieu coutumier bien déterminé. Quand c’est coutumier, le milieu coutumier est requis pour des telles activités. Car les hôtels n’ont pas pris la place de barza dans la coutume Yira. Ils cherchent à politiser  mais aussi à trahir le pouvoir coutumier chez nous les bayira.  Le Mwami d’Ihembe a ses attributions.  Nous connaissons ces attributions là en tant que chefs coutumiers et il a dépassé ses limites et attributions. »

Le président de la commission consultative de règlements des conflits coutumiers (CCRCC) en province du Nord-Kivu, partie Est de la République démocratique du Congo, le Mwami Abdoul Paluku Kalemire III reconnait  que cette conférence serait organisée par une association sans but lucratif dit « forum des communautés locales » et non par les chefs coutumiers Membre également du comité national de l’Alliance nationale de chefs coutumiers traditionnels du Congo (ANATC) en sigle.

Le chef de la chefferie des Bashu estime que ceux qui se réunissent à l’hôtel Auberge dans la ville de Butembo ne sont pas des chefs coutumiers car n’étant pas détenteurs des entités coutumières bien que certains soient membres de familles royales mais ne sont pas des Bami car une entité coutumière ne peut pas être dirigée par deux Bami.

Hervé MUKULU