Butembo-covid19 : « Il n’y a pas de vaccination forcée à milieu hospitalier, il s’agit de l’injection de l’héparine donnée aux malades en détresse respiratoire » (Dr Kasusula, Matanda)

Il s’observe un nombre croissant des décès communautaires dans la DPS Butembo suite aux rumeurs relatives au traitement des patients covid 19 dans les hôpitaux. Pourtant il n’y a pas de vaccination forcée ou en cachette des malades de covid19 dans les hôpitaux. Le médicament qui est injecté aux malades en difficulté respiratoire permet de rendre fluide le sang. Ce n’est pas non plus la mise sous oxygène qui tue les malades. Face aux rumeurs qui circulent dans la société, docteur Kasusula Bienvenu, médecin traitant à l’hôpital Matanda nous éclaircie sur le traitement clinique des patients de covid19.

Au cours du point de presse hebdomadaire tenu le mercredi dernier, le Pharmacien Guy Makelele,  chef d’antenne de la Division Provinciale de Santé, DPS antenne de Butembo, a alerté sur le nombre croissant des décès communautaires de covid19 dans sa circonscription.

« La semaine 32, nous avons enregistré 22 décès communautaires. La zone de santé de Beni en première position 9, Katwa 4, Butembo 3, Kalunguta 2, Mangorejipa 2 et Vuhovi 2. La semaine 30 on avait 14 décès communautaires, la semaine 31, 13, la semaine 32, 22. », a révélé le pharmacien Guy Makelele.

Docteur Bienvenue Kasusula, médecin traitant à l’hôpital Matanda explique qu’il ne peut y avoir une vaccination forcée dans les hôpitaux. L’héparine, le médicament injecté aux malades de covid19 en stade critique tente de rendre fluide le sang.

« Sous covid19, lorsqu’on a des difficultés à respirer, il a été prouvé par certaines études que l’on présente une coagulation intravasculaire.  Le sang circulant dans les poumons ou ailleurs n’est plus suffisamment fluide pour charger l’oxygène nécessaire dont l’organisme a besoin. Pour essayer de pallier ce problème-là d’hyper coagulabilité sanguine, le ministère nous a recommandé d’utiliser l’enoxaparine. Ce que les gens appellent là ‘Kashindani’, c’est plutôt l’héparine en bas poids moléculaire.  On l’injecte en sous cutané. Très souvent on utilise le deltoïde que l’on met à l’épaule. Et les gens pensent que c’est le vaccin. », explique le clinicien Kasusula.

La mise sous oxygène localement appelé « ka moteur », n’accélère pas la mort du malade mais plutôt tente de l’aider à stabiliser sa respiration. Il ne peut exister de vaccination forcée il n’y a même pas de vaccin covid19 actuellement à Butembo. Le Pharmacien Guy Makelele espère que le lot de la ville de Butembo arrive bientôt.

Hervé Mukulu

Share this content:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *