Butembo : des agents de la police pris en partie par des conducteurs lors d’un contrôle des documents de bord

Le commandant urbain de la police à Butembo condamne des cas d’agression des agents de la Police de Circulation Routière. Le commissaire supérieur principal Polo Ngoma signale le premier cas jeudi 28 avril au niveau de Mutsanga, et le second ce vendredi 29 avril sur avenue Matokeo.  

Crédit photo
@Georges Kisando

Pour le premier incident enregistré près du rond-point VGH, une policière est montée dans une jeep Primo dont les documents de bord n’étaient pas en ordre. Le conducteur s’y est opposé en insinuant qu’aux heures des travaux communautaires dits salongo, les policiers ne devraient pas procéder au dit contrôle. Le conducteur a bloqué les portières de la jeep et emmené la policière jusqu’ à 100 mètres plus loin. Il a reçu le soutien des spectateurs jusqu’au point de se tirer des griffes de la police; abandonnant la pauvre policière sur le lieu sous le regard moqueur du public.  Le renfort de la police est arrivé sur la scène du spectacle après le départ du conducteur.

Pour le deuxième incident enregistré sur la route Mutsanga, un conducteur d’une moto, visiblement non en règle, à en croire la police, s’est opposé au contrôle. Il est allé jusqu’à se procurer une machette pour réclamer son engin dénonce le commandant urbain de la police.  

Hier on a arrêté une moto sans document de bord.  Le policier fait son  travail, il l’emmène à la PCR.  Il y a un monsieur qui habite à Mutsanga qui est allé jusqu’à acheter une machette  pour seulement s’attaquer aux policiers. J’ai demandé à mes services de rechercher la personne de la déférer à l’auditorat militaire pour subir la rigueur de la loi”, fait-il savoir. 

Selon le commissaire supérieur principal, Polo Ngoma,  90 % des véhicules circulent à Butembo sans assurance, plus 70% sans même un permis de conduire.  Il appelle les uns et les autres au bon sens. 

Pour rappel, en novembre 2021, des altercations entre police et conducteurs étaient sanctionnés par cinq blessés dont 4 policiers et un agent du service de Transport et voies de communication TRANSCOM.  Une moto de la police avait été incendiée.  Comme aujourd’hui, cette traque n’avait pas plu à certains conducteurs qui s’étaient organisés de chasser les agents dans leurs carrefours non habituels interprétant les actions de contrôle des documents de bord comme de la tracasserie alors que les habitants de cette partie du pays sont confrontés à la guerre et aux massacres.

Georges Kisando Sokomeka

 

WP Radio
WP Radio
OFFLINE LIVE