Butembo-Education : les enseignants grévistes insatisfaits après l’échange avec le proved. (Syndicat)

Grève des enseignants membres du Syeco Butembo-Lubero, dans le Nord Kivu, les activités scolaires ont tourné au ralenti dans certaines écoles lundi 19 et mardi 20 octobre 2020 à Butembo. Pour ce mardi, les enseignants ont défié la pluie. Ils ont organisé une marche qui a chuté à la division provinciale de l’EPST.

L’appel à la grève du Syndicat des Enseignants du Congo Syeco Butembo-Lubero lancé depuis dimanche 18 octobre a été jusqu’ici partiellement suivi. Depuis lundi 19 octobre 2020, plusieurs enseignants rechignent de prendre la craie en respect à ce mot d’ordre. Le mardi 20 octobre, ils ont marché sous la pluie, avant de demander une audience au Directeur Provincial de l’EPST, Proved. Celui-ci les a reçus dans une audience en dehors des micros et caméras a-t-il exigé. A la sortie de l’audience, Jean Kaposo, qui conduisait les grévistes s’estime insatisfait. Le Proved les a reçus mais ne les a pas écouté fustige-t-il. Il s’est agi d’une conversation en sens unique selon lui. Dans son speech, le Proved a encouragé le SYECO dans ses actions, reconnaissant que la grève est légale. Il a cependant fustigé la méthode des syndicalistes accusés d’avoir brulé certaines étapes qui précèdent la grève mais aussi d’avoir forcé leurs collègues de quitter les salles de cours, les obligeant ainsi de les suivre dans leur mouvement de grève. Le SYECO, pas convaincu du discours du Proved, en mentionne que la grève continue, mais tout sera décidé dans une réunion mercredi 21 octobre dit Jean Kaposo, un des responsables du syndicat. ‘‘ Le proved a organisé une communication en sens unique alors que c’est nous qui avions à lui dire comme c’est nous qui avions demandé l’audience. Il n’a pas permis que les enseignants posent des questions. C’est comme ça que les enseignants sortent de l’entretien sans être convaincus. C’est ainsi que les enseignants compte se réunir ce mercredi pour évaluer leur mouvement. Entre temps, la grève continue’’ explique Jean Kaposo.

Il faut rappeler que ces enseignants qui ont marché sous une forte pluie sont des écoles publiques et conventionnées dans lesquelles les cours sont perturbés. Les cours dans les écoles privées pendant ce temps se poursuivent normalement.

Emmanuel Kateri Mukosa

WP Radio
WP Radio
OFFLINE LIVE