Butembo-Education : Les incertitudes à la veille de la rentrée scolaire 20-21

A moins de deux jours du début de l’année scolaire 2020-2021, les préparatifs sont au ralenti. C’est à peine que les élèves des promotions montantes connaissent leurs résultats.  Les inscriptions sont timides et la vente d’objets scolaires n’est pas  aussi lucrative que les autres années.

La journée de ce samedi 10 octobre, dans la vallée de Kambali les cours scolaires sont désertes. Etant au dernier jour des inscriptions, on s’attendait à une fille indienne des parents et tuteurs qui viennent inscrire leurs enfants. A l’Institut Kavaghendi, par exemple,  c’est cet avant-midi que le corps enseignant était en délibération pour statuer sur le cas des promotions montantes. A l’Institut de Butembo, les inscriptions ont à peine commencé il y a trois jours nous  informe le préfet Kahuko Kule Etienne : « Tout est en retard. Il n’y a que deux jours que les élèves ont commencé à se faire inscrire. Nous avons terminé la délibération hier. Et c’est aujourd’hui que  nous sommes en train de communiquer les résultats aux élèves des promotions montantes. Néanmoins, le lundi 12 octobre comme l’exige le ministre, nous auront réellement cours. »

Même à l’école primaire, le rythme est le même. Hors micro, la directrice de l’EP TSAKA TSAKA explique que l’engouement des inscriptions n’est pas énorme.

Néanmoins, à ce samedi, plusieurs écoliers sont présents à ce lieu pour suivre une formation sur l’hygiène en temps d’épidémies. Chacun est doté d’un bouquet explicatif. Certains s’expriment !  «  Je suis Ramazani de 6e B. Je suis venu à l’école pour une formation sur ce livre (Ndlr, il montre le livre). Ce livre va nous aider à se prévenir contre Ebola. » Il est complété par Katembo Kasayi de 5 e A : «  Je suis venu étudier. Car Ebola est une maladie mais on peut se prévenir par le vaccin et se laver les mains chaque fois. » A Kasoki 5e B de renchérir : « Je suis venu à la formation sue la prévention contre Ebola. Ebola est une maladie grave. Je me préviens contre Ebola en me lavant les mains. »

Par ailleurs, au marché central de Butembo, les vendeurs d’objets classiques n’ont pas le sourire aux lèvres. Monsieur Malonga, tenancier d’un kiosque sur la rue d’ambiance, contextualise la situation :  « La vente des objets classique n’est pas encore bonne puisque les parents doutent sur l’effectivité de la rentrée scolaire. Je pense qu’ils (Ndlr, les parents) vont commencer à acheter le lundi après qu’ils se sont rendu compte de la reprise effective des classes. Les objets classiques sont disponibles sur le marché mais pas en grande quantité. Malgré ça, la vente n’est pas bonne. Si les parents achètent, les objets seront insuffisants. »’

Quoiqu’il en soit le ministère de l’EPSP a confirmé le début de l’année scolaire pour ce lundi 12 octobre même si certains syndicats d’enseignants ne sont pas encore prêts à renouer avec la craie.

Hervé Mukulu

WP Radio
WP Radio
OFFLINE LIVE