Butembo/Incendies des véhicules : un mouvement citoyen rejette la stratégie des journées ville morte et renvoie plutôt la balle aux députés

Le mouvement citoyen Antigang déclare son désaccord avec le  Groupement des associations et mouvements des zones sous état de siège qui a annoncé une série d’actions dans le cadre de dénoncer les crimes qui sévissent dans la région de Beni et de l’Ituri malgré l’état de siège. Deux journées villes mortes sont décrétées pour le lundi et mardi de la semaine prochaine. Pour Antigang, cette stratégie est suicidaire pour l’économie locale.

« S’attaquer à l’économie locale en faisant fermer les boutiques et magasins, c’est se tromper de cible. Notre regard devrait être sur les députés que nous avons voté. Comment comprendre que les uns sont entrain de se complaire d’apporter des dons du Gouvernement et évaluer de façon mitigée l’état de siège. C’est inacceptable qu’un élu de Butembo – Beni – Ituri parle des avancées dans la gestion de la crise actuelle. Les actions de l’ennemi font un rapport alarmant sur terrain », dénonce ce mouvement citoyen.

Il préconise plutôt  de rappeler tous les hauts fonctionnaires (députés, ministres, directeurs d’entreprises) de la communauté à revenir à la maison pour une assise à l’interne pour avoir la même vue de la question sécuritaire chez nous et proposer une solution locale à la gestion de la crise, étant donné que l’armée a montré ses limites. Le mouvement Antigang invite  l’autorité militaire d’abandonner le système de convoi des véhicules qu’il juge d’inefficace à la base  d’une boucherie humaine sur les routes avec des dégâts matériels inestimables et l’appauvrissement de la communauté. « En outre, que nos frères de la tribu Nande, comprennent que nous devons à tout prix protéger ce qui nous reste », exhorte cette structure. Elle appelle le gouvernement à restaurer la paix à Beni.

Georges Kisando Sokomeka

 

 

 

WP Radio
WP Radio
OFFLINE LIVE