Butembo : « jusqu’à présent les recherches ne confirment pas la transmission de la Covid-19 par le cadavre »(Epidémiologiste)

La maladie à coronavirus se transmet par voie aérienne à travers les postillons et les recherches jusqu’à l’heure actuelle ne confirment  pas sa transmission par le cadavre. C’est en tout cas une mise au point de Docteur Alain Musaka, épidémiologiste du ministère de la santé et expert en santé publique.

Citant plusieurs recherches publiées en ces jours et  l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS),  Docteur Alain Musaka explique que tant que les précautions nécessaires sont prises, il n’y a aucune raison de craindre que la Covid-19 se propage via les corps des personnes décédées. Le virus Sars-CoV-2, qui est responsable de la maladie, se transmet principalement par les gouttelettes émises par les humains, fait savoir cet épidémiologiste qui a œuvré contre la 10e épidémie d’Ebola en zone santé de Katwa.

« L’état actuel des connaissances, cela n’engage que moi,  n’a pas encore démontré que les liquides biologiques (ndlr du corps d’un cas confirmé de Covid 19) peuvent transmettre la Covid-19. Contrairement à ce qu’était Ebola, on peut avoir une transmission par la salive et les liquides biologiques. A ma connaissance tous les  liquides biologiques ne peuvent pas transmettre la Covid-19 ; c’est essentiellement les liquides qui viennent des voies respiratoires et encore qu’il faut qu’il y ait contact entres ces liquides souillés  et  les voies aériennes du sujet qui est sain », explique Dr Alain Musaka.

Pour l’expert en santé publique, il est conseillé d’observer systématiquement le protocole de sécurisation du corps afin de limiter toute contamination. C’est pour prévenir la manipulation des corps que le Président de la République, dans la série de mesure de prévention contre la Covid-19, a déjà instruit que tout corps doit quitter la morgue jusqu’au cimetière.

« Les équipes qui s’occupent des enterrements dignes et sécurisés ou celles de la prévention et contrôle des infections qui travaillent dans la lutte contre la Covid-19 ; si elles sont prévenues par la communauté, elles sécurisent le corps, comme ce qu’on faisait à l’époque d’Ebola à l’Est  en le traitant avec du clore et le sac mortuaire »,  explique Dr Alain Musaka.

Pour rappel, certains habitants de Butembo vivent la peur au vendre pour avoir manipulé le corps du défunt évangéliste Samy Mumbesa le dimanche 16 Août. Il a été testé positif à la Covid-19, a fait savoir l’autorité urbaine.

Me Sylvain Mbusa Kanyamanda , tout en condamnant  ces dérapages observés à Malende pendant les obsèques du de cujus, invite ces personnes à se dénoncer auprès des experts de santé pour un suivi médical. 

Georges Kisando Sokomeka

WP Radio
WP Radio
OFFLINE LIVE