Butembo : le couronnement public des filles « vierges » est une violence basée sur le genre

Le droit à la vie privée est garantie par la constitution de la RDC, de surcroît celle de l’intimité   pour les jeunes filles. La proclamation publique de la virginité est une violation de leurs droits et une discrimination. Telle est la réaction de l’activiste des droits humain madame Lydie Kake de l’organisation Femme Juriste pour la Défense des Droits de la Femme et de l’Enfant FJDF après les cérémonies publiques de couronnement de plus de 25 filles vierges par l’ONG Vie pour la Vie Humanitaire, VVH.

Cette  proclamation  publique est une violation de la vie privée de ces jeunes filles. La virginité fait partie de l’intimité à préserver  et non à exposer à la curiosité de tout le monde,  explique Me Lydie Kake.

« Nous pensons que c’est une violation au droit du respect de la vie privée. Il est vrai que la vie privée n’a pas une définition concrète mais certains éléments peuvent nous aider à comprendre ce qu’on attend par la vie privée. Et de ces éléments on compte l’identité de la personne en faisant allusion à l’inviolabilité de son domicile et de sa situation. Dans la situation de la personne on voit les souvenirs d’une personne qui peuvent constituer un patrimoine moral de cette personne. Et aussi nous voyons son état sanitaire. La personne voudrait rester en paix quel que soit son état sanitaire. L’intimité, la vie conjugale ou les fiançailles d’une personne, c’est à préserver », insiste-t-elle.

Cette action que mène Sauveur Mulwana est aussi une discrimination faite à la femme explique la défenseure des droits de la femme.

 « Sauveur Mulwana en organisant cette activité dira peut-être que c’est pour la promotion du genre mais lorsque nous y jetons un coup d’œil juridique, c’est une des formes des violences basées sur le genre,VBG. Il existe aussi des hommes ou des garçons qui n’ont jamais connu de femmes et qui ont l’âge de ces jeunes filles qui ont été recrutées pour le couronnement. Pourquoi ne pas les tester et les couronner aussi ;  montrer au monde des jeunes garçons qui n’ont jamais connu de femmes ? »

Ces droits sont garantis par la constitution de la RDC et les violer ne devrait pas être normalisés comme le fait cette organisation VVH se plaignent les organisations féminines.

Hervé Mukulu