Butembo : le Kyaghanda Yira désapprouve les assises de Nairobi

L’Association culturelle Kyaghanda Yira, regroupant les membres de la Communauté Nande, désapprouve les assises de Nairobi entre le gouvernement de la RDC et les groupes armés actifs à l’Est du pays. Cette position est contenue dans une déclaration rendue publique ce lundi 2 mai 2022.

Dans ce document, la communauté Nande Vivant majoritairement dans la partie Grand Nord de la province du Nord-Kivu, représentée par le Kyaghanda Yira, commence par saluer les efforts engagés par le Président de la République, Félix Tshisekedi et par son gouvernement en vue de l’éradication de l’insécurité à l’Est du territoire national. Néanmoins, elle estime que le récent déplacement du Premier ministre dans la partie Orientale du pays suffirait pour comprendre l’évolution de la situation, au lieu de dialoguer avec les groupes armés. « Aux yeux de la communauté Nande, le dialogue initié à Nairobi par la Communauté des Etats de l’Afrique de l’Est, EAC, entre le gouvernement congolais et les groupes armés inquiète, car des alertes à ce sujet avaient dument été lancées contre cette option », note cette structure.

Occasion pour le Kyaghanda Yira de rappeler que différents accords ont déjà été conclus par le passé avec les groupes armés tels que le CNDP et le M23, mais ils tournent toujours en défaveur de la RDC et sa population. Et ce, note cette structure, en dépit des moyens humains, matériels et logistiques mobilisés par le gouvernement. Pour ce faire, le Kyaghanda Yira recommande, entre autres,  au Président de la République et au gouvernement :

« De procéder à la mutation des officiers militaires FARDC issus du brassage et de mixage hors du Grand Kivu et de l’Ituri ;  d’imposer la paix en cas de résistance de tout groupe armé ; d’être perméable à toute autre suggestion exprimée par les populations victimes des atrocités qui sévissent à l’Est ; d’exprimer publiquement sa désapprobation des propos négationnistes tenus par l’IGF, Jules Alingete, le 26 avril 2022, à Houston aux USA, les quels propos trahissent et remettent en cause toutes les actions engagées par le Chef de l’Etat et par les Gouvernements provinciaux actuels au Nord-Kivu ainsi qu’en Ituri, en vue du rétablissement de la paix », recommande-t-il.    

Au parlement, il exige que soit réexaminer « tous les accords antérieurs malignement signés avec les groupes armés », et à la communauté de l’Afrique de l’Est, médiatrice dans les consultations de Nairobi, d’exiger plutôt les dialogues entre les gouvernements des pays limitrophes avec leurs rebelles respectifs, à savoir le FDLR pour le Rwanda et les ADF pour l’Ouganda.

Jackson SIVULYAMWENGE 

WP Radio
WP Radio
OFFLINE LIVE