Butembo : le prix du carburant peine à baisser malgré la reprise du trafic sur le tronçon Butembo-Kasindi

Le prix du carburant n’a toujours baissé sur le marché en ville de Butembo en dépit de la reprise du trafic sur la route Kasindi-Beni. Un litre du carburant se négocie actuellement à 4 mille francs voire 4500. C’est un constat fait par la Voix de l’UCG ce lundi 2 janvier 2023 auprès de certains revendeurs du carburant au centre-ville.     

Muhindo Charles revendeur du carburant sur Rue Kinshasa en commune Mususa témoigne que  le litre du carburant n’est toujours  pas revenu au prix d’avant l’effondrement du pont Lume jadis à la base de la hausse de produits pétroliers. « Depuis la réhabilitation de la route Butembo-Kasindi, il y a une petite baisse. Avant le l’effondrement du pont, nous vendions le litre à 3 mille francs. Et quand le pont s’est effondré nous vendions le litre à 5mille francs. Mais jusque-là nous n’avons pas encore suffisamment du carburant sur le marché » a-t-il souhaité.

Par ailleurs, en dépit du maintien à la hausse du prix des produits pétroliers,  les revendeurs maintiennent  la clientèle, comme témoignent ces deux autres détaillants.  «  Depuis la reprise des activités sur le tronçon Beni-Kasindi, il s’observe une baisse légère du prix du carburant. Nous achetons actuellement le fût à 370 au lieu de 400 dollars. Mais avant l’effondrement du pont Lume nous achetions le fût à 222 dollars. Un litre coute toujours 4mille franc ».  «Actuellement le prix du litre d’essence se lève en 4 mille Francs. Une baisse par rapport à la période de l’effondrement du pont, il y a de la clientèle en dépit de cette hausse, la population prend le transport. » témoignent-t-ils.    

Néanmoins, cette situation impact négativement sur la maximisation des recettes explique Muhindo Makasani Adalard conducteur de moto taxi à l’agence UTDM.

«Actuellement il est difficile de réaliser la recette journalière. Nous donnons les motos aux jeunes mais ils n’arrivent pas à ramener la recette complète à cause de cette situation. Nous demandons l’intervention des autorités compétente »,

D’après un importateur qui a voulu gardé son nom, le pont de déviation qui a été jeté sur la rivière Lume ne peut supporter les gros véhicules transportant le carburant, d’où l’insuffisance du stock disponible. Une autre cause serait les vacances de fin d’année, une pratique dans la plupart des pays anglo-saxons dans lesquels provient le carbuarant.

Elisha Kindy