×

Butembo : l’éducation des malvoyants et des aveugles pas encore effectives pour plus d’une raison

Butembo : l’éducation des malvoyants et des aveugles pas encore effectives pour plus d’une raison

Pourtant intégrée dans le système éducatif de la République démocratique du Congo, la formation des malvoyants et des aveugles n’est jamais opérationnelle en province éducationnelle de l’Enseignement primaire secondaire et technique EPST Nord-Kivu II. Inquiétude soulevée par Betilombe Muviwa Germain, chargé de la  formation spéciale dans cette province éducationnelle en marge de la journée mondiale des malvoyants et des aveugles célébrée le 04 octobre de chaque année.

C’est depuis 1951 que l’enseignement spécial a été intégré dans le système éducatif national. Il vise la formation et l’orientation des personnes vivant avec handicap physique, moteur et sensoriel.  Mais à Butembo les aveugles ne peuvent en bénéficier parce qu’il n’est organisé nulle part à travers la province éducationnelle, fait savoir Betilombe Muvima Germain.

« Dans notre province éducationnelle Nord-Kivu II nous encadrons seulement les bègues et les sourds-muets parce que d’autres catégories ne sont jamais présentées pour nous demander où est-ce qu’ils peuvent étudier puisque nous sommes aussi chargés de leur orientation », explique-t-il.

Même s’ils ne sont jamais présentés pour exprimer ce besoin en éducation, ces personnes avec handicap visuel  existent bel et bien à Butembo et environs, reconnait cet acteur éducatif avouant que son entité éducationnelle ne dispose pas encore des ressources nécessaires pour organiser cette formation.

« Bien sûr, les aveugles existent à Butembo tout comme ailleurs mais nous n’avons pas encore eu de ressources nécessaires pour pouvoir entrer en contact avec eux ni avec leurs parents. Nous n’avons même pas d’espaces-radio à travers lesquels nous pouvons sensibiliser les parents à nous amener cette catégorie d’enfants vivant avec handicap visuel. Malheureusement, nous n’avons pas aussi des ressources humaines pour les encadrer, si non si jamais ils se présentaient, nous pourrions intéresser notre ministre pour qu’il mette à notre disposition tous les moyens pouvant nous permettre d’encadrer tous les enfants de cette catégorie », souhaite Betilombe Muviwa Germain.

Par ailleurs, l’enseignement spécial en général reste confronté au défi de l’insuffisance de programmes et de manuels nécessaires pouvant permettre un bon apprentissage des enfants vivant avec handicap, cela sans parler des infrastructures en République démocratique du Congo.

Jackson SIVLYAMWENGE

 

Share this content:

Vous avez peut-être manqué