×

Butembo : « les anomalies ou maladies les plus récurrentes chez la femme. » (Dr Philémon Matumo, gynécologue)

Butembo : « les anomalies ou maladies les plus récurrentes chez la femme. » (Dr Philémon Matumo, gynécologue)

La plupart des anomalies ou maladies gynécologiques sont prises en charge en ville de Butembo. Dans certains rares cas,  faute d’outils nécessaires, les malades sont référées en ville de Goma ou à l’étranger. Docteur Philémon Matumo, gynécologue obstétricien de l’hôpital Matanda et enseignant à l’Université Catholique du Graben, conseille aux femmes de consulter les médecins le plus vite en cas d’une anomalie qui concerne l’appareil reproducteur de la femme. Il nous cite les anomalies ou maladies les plus récurrentes à Butembo et environs.

Les anomalies de l’appareil reproducteur de la femme concernent tous les âges, de l’enfance à la vieillesse. Certaines peuvent être constatées même avant la naissance. Néanmoins, elles deviennent une réelle préoccupation à partir de l’âge pubère avec les menstruations et les différentes transformations de la femme. Plus encore à l’âge adulte avec l’activité sexuelle. Le docteur Philémon Matumo, gynécologue obstétricien de l’hôpital Matanda  cite les anomalies ou maladies récurrentes pour lesquels les femmes consultent en ville de Butembo.

« Les maladies les plus récurrentes, nous citons d’abord les infections génitales parmi lesquelles nous avons les infections sexuellement transmissibles. Les problèmes de trouble du cycle menstruel. On y ajoute des problèmes d’algie-pelviens  c’est-à-dire les douleurs. C’est-à-dire de plus en plus les femmes ont des problèmes ou des pathologies qui vont se manifester par des douleurs. Les myomes utérins, les kystes  ovariens, et là il faut souligner que la prise en charge de ces kystes ovariens posent encore un problème dans notre contrée. Tous les kystes ovariens ne sont pas à opérer. Plus on opère, plus on diminue  la capacité des réserves ovariennes, la capacité pour cette femme-là à garder son activité génitale. Si on démunie cette capacité, elle court le risque non seulement d’infertilité  mais aussi et surtout on rapproche l’âge de la ménopause. Aussi, les problèmes d’infertilité des couples,… », énumère le gynécologue-obstétricien Philémon Matumo.

Les questions de sexe étant encore presque de tabou dans les familles à Butembo, docteur Matumo invite les parents à se soucier de ces problèmes pour en parler avec leurs enfants pour éviter les conséquences des complications et aux jeunes filles de ses confier aux personnes sages et aux médecins.  Pour en savoir plus, suivez le prochain numéro de l’émission « Echo de l’Hôpital Matanda » diffusé chaque mardi à 19h 30  sur votre radio intelligente.

Hervé Mukulu

 

Share this content:

Vous avez peut-être manqué