Butembo : les craintes de la société civile après l’attaque de la prison urbaine de Butembo

Un groupe d’hommes lourdement armés a attaqué la prison centrale de la ville de Butembo dans la nuit de mardi à ce mercredi 10 Août 2022. Identifiés par la société civile et l’armée comme étant des terroristes ADF, ils ont ouvert la prison et sont partis avec la quasi-totalité de 874 prisonniers qui y étaient logés. Dans leur retranchement, ils ont pris en otage certains habitants et pillé du bétail. La société civile s’inquiète pour la sécurité de la ville.

Ville de Butembo
Crédit photo @Georges Kisando

D’après les témoignages de certains voisins de la prison urbaine de Butembo Kakwangura, l’attaque de la prison s’est déroulée la nuit vers 2h, ce mercredi. Tout a commencé par une attaque simultanée de l’entrée principale de la prison et du camp militaire situé juste à proximité. Ayant maîtrisé la garde de cette maison carcérale, les assaillants, sous des fortes détonations d’armes lourdes et légères, ont ouvert la prison, obligeant tous ses pensionnaires à les suivre. Ils étaient visiblement très nombreux, parlaient une langue ougandaise et criaient Allah Akbar témoigne ce voisin direct de la prison.

‘‘ Ils ont crépité des armes lourdes et légères pendant plus d’une heure. Nous n’avons jamais attendu des armes pareilles lors des attaques qui se déroulent ici à la prison. Ils parlaient une langue que moi je n’ai jamais écouté, ils y mêlaient un kiswahili fignolé comme on ne parle pas ici. J’ai écouté des noms tels que Ibrahimu, Mashukano ou quelque chose de pareil. Des noms qui ne sont pas de cette région. Je les ai aussi écouté crié Allah Akbar’’

Dans leur retranchement, ils sont passés par le quartier Kamesi Mbonzo au Nord Est de la ville pillant boutiques et habitations. Trois parmi les assaillants capturés par les jeunes ont été brûlés vifs et leurs armes récupérées par la population. Les habitants ont improvisé une marche pour aller remettre au maire les deux armes prises sur les assaillants et un tas de munitions. Celui-ci les a remerciés pour leur geste et les appelle à s’impliquer dans la recherche active des fugitifs.

La société civile de Butembo ne cache pas son étonnement de voir une telle attaque ne pas être suivie par une réplique spontanée de l’armée. Les assaillants ont traversé toute la ville de la prison à la limite Nord Est, une distance estimée à près de 10km, à pieds, sans être inquiétés. Ils étaient encore visibles vers 6h dans les environs de la ville, pillant surtout les bétails comme on peut le voir dans une vidéo prise par un habitant à partir de sa chambre et qui est devenue virale sur les réseaux sociaux.

Craignant ce qui peut arriver avec ce renfort que vient de s’offrir l’ADF, le président de la société civile de Butembo plaide pour des dispositions sécuritaires particulières pour protéger les habitants. Pasteur Mathe Saanane qui en est le président prêche le mariage entre l’armée et la population. ‘‘ Nous appelons le gouvernement à mettre en place un système sécuritaire qui peut aider à éviter le pire, à protéger la population qui est maintenant exposée. C’est le temps de renforcer le mariage civilo-militaire.’’

Certains prisonniers qui ont réussi à s’échapper des mains des assaillants renseignent que ces derniers étaient munis d’armes à feu et blanches. Ils ont pris la direction du parc des Virunga en chefferie de Bashu avec les prisonniers hommes et femmes .

Emmanuel KATERI

 

WP Radio
WP Radio
OFFLINE LIVE