Butembo : l’insécurité et la dégradation des routes de desserte agricole impactent le prix de l’huile de palme

Il s’observe actuellement la rareté de l’huile de palme sur le marché en ville de Butembo.  A la base, la dégradation de la situation sécuritaire dans les zones d’approvisionnement et l’impraticabilité des routes des dessertes agricoles témoignent certains vendeurs rencontrés par La Voix de l’UCG ce mercredi 28 décembre 2022.  

 Mumbere Mabulu  ramène l’huile de palme  du  village de  Manguredjipa. Il témoigne avoir fait une semaine en cours de route suite au délabrement avancé de la route Butembo-Manguredjipa. Suite à cette situation, un bidon d’huile de palme est passé de 28 mille à 38 mille francs indique-t-il. « Il y a hausse du prix de l’huile de palme sur le marché. C’est suite au délabrement du tronçon Kambau –Nziapanda. Là, la route est impraticable. Un bidon d’huile de palme que nous vendions à 25 voire 27 mille se négocie actuellement à 35 mille francs. »                       

Cette situation est déplorée par cette  femme vendeuse de l’huile de palme au marché central de Butembo. Elle indique qu’en dépit de l’impraticabilité des routes de desserte agricole et l’insécurité dans les zones d’approvisionnement, elle ne change pas de prix craignant perdre sa clientèle. « J’appelle les autorités étatiques à intervenir urgemment dans cette affaire avant que la situation des routes ne s’empire beaucoup plus. Les camions transportant l’huile de palme passent actuellement une semaine en route. S’ils interviennent en temps, tout va bien se passer » suggère-t-elle 

Pour d’autres vendeurs qui se sont  abstenus de parler au micro, si l’insécurité persiste dans les zones d’approvisionnement, le commerce de l’huile de palme risque de disparaître sur le marché. C’est ainsi qu’ils appellent les autorités étatiques à rétablir la paix en territoire de Beni où le sol est favorable à la culture du palmier à huile.

Elisha Kindy