Butembo : L’ITAV réclame une réparation de plus de 24 milles dollars auprès de l’IBTP accusé de destruction méchante.

Les élèves de l’Institut Technique Agricole et Vétérinaire, ITAV Butembo, ont adressé une lettre au Gouverneur de Province du Nord-Kivu ce jeudi 7 mai 2020 pour exiger la réparation de cette école vandalisée en date du 17 mars 2020. Selon cette correspondance, ce sont les   étudiants de l’Institut des Bâtiments et Travaux Publics, IBTP Butembo qui sontauteurs de ces casses dont le coût de réparation est estimé à 24milles  402 dollars USD.

En effet, tout remonte au 17 mars 2020. Un mouvement de révolte est né à l’IBTP après l’assassinant d’un étudiant de cette institution par un militaire indiscipliné. Les étudiants irrités sont accusés d’avoir déchargé leur colère sur les installations de l’ITAV, dénonce le doyen des élèves de cette école technique. « Nous n’étions impliqués ni de près ni de loin dans cet assassinat qui nous avait d’ailleurs  tous choqué quand nous l’avions appris. Ils cassaient tout à leur passage jusqu’à l’Itav. Et tous ces dégâts  ignobles avaient  été commis sous l’œil  impuissant et lache  des autorités politico administratives qui gèrent la ville ainsi que la police nationale congolaise qui a pourtant une base duGroupe Mobile d’Intervention  GMI  juste à l’entrée de notre école. »

 Le préfet de l’ITAV, l’Abbé KambaleMuseya déplore l’état actuel de cette école qui ne permet plus des bonnes conditions d’encadrement des élèves. Des vitres cassées, du matériel didactique vandalisé selon le préfet : « Les matériels  topographiques lorsque nous avons  évalué le montant,  il s’élevait  à 18455 dollars. Des matériels de zootechnie, il y avait  des maquettes qui avaient été brisées, s’élèvent à 500 dollars. Les biens que nous avions  perdus  dans notre cantine d’une valeur de 573.6dollars. Et les vitres pourront nous demander 4724.2dollars. Alors le total s’élève à 24402.8 dollars. »

 Ces élèves sollicitent l’implication du Gouverneur de Province pour la réparation de leur école avant la reprise des cours pour éviter qu’ils se rendent justice contre les casseurs.

Contacté à ce sujet, le Président du conseil estudiantin de l’IBTP, Monsieur Shombo David rejette toutes ces accusations. Pour lui, les étudiants de l’IBTP étaient ce 17 mars sur l’artère principale et n’ont nullement pas foulé le sol de l’ITAV.

Georges KISANDO

WP Radio
WP Radio
OFFLINE LIVE