Butembo : lutte contre Ebola, les conducteurs des taxis motos plaident pour une riposte sans argent

Le ministre provincial de la santé enchaîne des rencontres avec les différentes couches sociales afin de les sensibiliser sur les mesures hygiéniques pour se prévenir contre Ebola. Ce vendredi 19 février 2021 c’était le tour des associations  des conducteurs des taxis motos. A l’issue de cette rencontre plusieurs recommandations ont été formulées à l’endroit de l’équipe de la riposte.

Les conducteurs des taxis motos ont entre autres recommandé une riposte sans argent afin de prévenir les dérives de la précédente lutte que d’aucuns ont qualifié d’Ebola Business. C’est ce que nous explique ici Richard Kighoma, Président du Réseau des Taximen au Congo, l’un des participants à cette rencontre.

« Nous refusons que la riposte soit financée. Chaque fois que des sommes faramineuses sont injectées dans une lutte contre une épidémie, il y a des manipulations et la population en sort victime. Vous constaterez que la lutte contre Covid-19 n’est pas financée  et les choses se passent normalement.  Nous avons dit au ministre de la santé que nous taximen nous nous portons volontaires et nous sommes prêts à mener la sensibilisation au sein de la communauté », a-t-il fait savoir.

Le ministre provincial de la santé a souligné  le rôle des motards dans la lutte contre les épidémies. Docteur Nzanzu Salita dit en outre  prendre acte des recommandations des associations des taximen.

« Le virus n’a pas des pieds, c’est nous  les taximen et la population qui faisons circuler le virus. Ils ont compris et ont pris chacun personnellement à son parking et bureau  l’engagement de se prendre en charge. Ils vont mettre les affiches en rapport avec le virus Ebola et des lave-mains, acheter du savon pour eux-mêmes et leurs clients. Ils ont compris les risques qu’ils courent », a fait savoir Dr Nzanzu  Salita à la presse. 

« Ils nous ont demandé de n’utiliser que le personnel soignant dans la riposte et d’éviter de mettre une certaine pression sur la population. Nous allons en tenir compte dans la riposte », a-t-il ajouté.

Pour rappel, la maladie à virus Ebola a ressurgi le 07 février dernier, plusieurs mois après la fin de la dernière épidémie. Actuellement le cumul est de 6 cas dont deux décès et 4 nouveaux cas confirmés.

Georges Kisando Sokomeka

WP Radio
WP Radio
OFFLINE LIVE