Butembo : plus de 20 personnes arrêtées à Furu, Mihake, Kangothe transférées à Beni

Plus de 20 personnes interpellées à l’issue  de différentes opérations de  couvre-feu  dans la partie Nord de la ville de Butembo sont encore en détention. Après leur interpellation, ces personnes ont été transférées à Beni auprès des instances des renseignements militaires.

Pendant ce temps, des langues se délient pour dénoncer les bavures des services commis à l’exécution de ces opérations de couvre-feu.

Cette dame, la peur au ventre, explique que certains de ses voisins ont été interpellés au cours de l’opération de couvre-feu de dimanche 04 décembre en cellule Mihake du quartier Kamesi-Mbonzo. « Ils n’ont pas le temps de demander qui est qui avant de procéder à son arrestation. Ils ont arrêté des  jeunes gens  ici à côté. Après payement de 5 mille FC ils ont été relaxés, l’autre famille a payé 10 dollars pour la libération de l’époux. Sont-ils venus pour de l’argent ou pour rechercher les miliciens ? Nous vivons la peur au ventre suite à ces arrestations. Le quartier est en train de se vider. Les uns vont à Kalunguta et mettent ainsi en péril l’éducation de leurs enfants », explique-t-elle.

Plus de 20 personnes sont déjà transférées à Beni, à en croire le député provincial Me Mbenze Yotama, qui s’est érigé comme avocat conseil des victimes. Il exhorte les autorités à faire le triage afin de libérer les innocents et déférer les présumés coupables auprès des instances compétentes pour les juger. Plus de 10 mineurs interpellés dimanche ont été relaxés, fait-il savoir.

« En effet, pour ce qui est des personnes arrêtées, tout en considérant que la liberté est un droit et la détention, l’exception,  j’exhorte les autorités chargées des opérations du  couvre-feu en ville de Butembo  de  procéder au triage rapide afin de relaxer ceux qui sont innocents », explique Mbenze Yotama.  

Tout en précisant avoir été alerté par plusieurs familles à propos des arrestations de leurs frères, sœurs,  fils, maris arrêtées à  Butembo et conduits à Beni, il  réitère tout de même ses remerciements aux autorités pour avoir libéré certains mineurs lors de la dernière opération de bouclage à Byasa après la canalisation de ces alertes.

Le député Mbenze Yotama exhorte les  agents de l’ordre de toujours respecter la dignité de la personne humaine ainsi que la propriété d’autrui.  

Georges Kisando Sokomeka