Butembo/Popcorn : « Tuska » ou « Mberenge », cette friandise améliorée grâce à l’accès à l’énergie électrique

Le « Popcorn » ou « Tuska »appelé aussi localement  ou « Mberenge » est une friande qui n’est plus à présenter auprès des jeunes gens, surtout les filles de Butembo. Célébré, chaque 19 janvier dans le monde entier, La Voix de l’UCG fait un point d’orge sur l’expérience de Ghislain Mahese qui a révolutionné la préparation du Pop-Corn depuis trois ans déjà.

Située dans un coin du rond-point cathédral, le porc corn de l’alimentation LG.Com est devenu une référence. A certaines heures, après les cours du secondaire, et le soir vers 17h, il faut parfois faire la queue pour être servi. Çà et là, une mesure de 200 ou de 500 fc. Ghislain Mahese, en digne maestro, jongle entre servir les commandes des clients et assurer la cuisson de ces tuska.  Cette expérience, il l’a importé de l’Ouganda nous confie-t-il.

« La cuisson des popcorn nous l’avons appris en Ouganda. Parce que déjà à la base, nous n’avions pas du courant ici chez nous, nous avons apprécié leur manière. C’était électrique. On avait du mal à apprendre. »

Il y a trois ans, dans les villes de Butembo et Beni, mais aussi dans les cités environnantes, le goût de ces maïs sautés n’était pas aussi délicieux qu’aujourd’hui. Car le popcorn était préparé dans une marmite sur le brasero à charbon de bois. L’huile devrait cuire d’abord avant l’ajout de ces variétés spéciales de maïs ainsi que du sel. Et leur éclatement dans la marmite est signe de cuisson.  Mais depuis 2019, il y a eu un grand changement dans la cuisson de cet amuse-gueule très sollicité.

Avec la venue de l’énergie hydroélectrique, les habitants utilisent désormais une  machine spécialisée pour faire éclater les grains de maïs et produire du popcorn : une marmite électrique dans une cage vitrée, alimentée d’une bonne quantité d’énergie. «C’est lorsque l’on a eu le courant ici chez nous que l’on a compris que l’on pouvait amener des trucs intéressants ici chez nous.  Avec la résistance chauffantes qui est machine, vous avez besoins d’au moins 1800 watts alors que les groupes électrogènes

Après Ghislain Mahese, plusieurs autres se sont lancés dans ce business du pop-corn. Malgré la permanence du courant, le prix reste un sérieux problème pour d’autre. Ce qui a poussé certains à  fermer boutique a déploré Ghislain Mahese.

Hervé Mukulu

WP Radio
WP Radio
OFFLINE LIVE