Butembo : qu’en est-il de la cargaison contenant des effets militaires à Butembo ? Voici quelques éléments de réponse

Affaire de la cargaison contenant des effets militaires retrouvés dans un conteneur à Butembo, les coupables doivent être identifiés et punis sévèrement. C’est ce que demande la société civile de Butembo interrogée ce vendredi par la presse. Depuis mercredi en effet, une cargaison contenant des effets militaires a été déchargée dans un conteneur civil, et les réseaux sociaux en sont enflammés. Les faits et la réaction de la société civile dans ce dossier de la rédaction de La Voix de l’UCG. 

Depuis mercredi 07 janvier, une affaire impliquant un officier militaire a éclaté, autour de la découverte des effets militaires dans un conteneur. Alors qu’aux heures de l’après-midi le véhicule était en train d’être déchargé en présence des agents de la DGDA, deux militaires FARDC se sont improvisés au lieu du déchargement de ce conteneur, selon des sources proches du dossier. Ils ont indiqué venir prendre un colis appartenant à leur chef. Curieux, les agents de la DGDA ont ouvert le colis pour se rassurer. Surprise ! Il y avait dans ce colis des effets militaires. C’est ainsi que ces agents de la DGDA ont dit à ces militaires qu’ils ne leur donneraient pas ce colis suspect indiquent nos sources. Ce qui a failli créer un bras de fer entre eux et les militaires en mission pour récupérer le colis suspect. Les douaniers ont ainsi décidé de les amener dans leur entrepôt. Alerté, le chef de parquet militaire détaché de Butembo, le capitaine Kimbamako Mambu Raoul, a adressé une réquisition d’information au chef local de la DGDA pour que ce dernier achemine par devers lui le dit colis. Nos sources renseignent que ce colis est déjà saisi par le parquet militaire et l’affaire est déjà en instruction. La destination de ce colis qui aurait été amené par un opérateur économique de la place, reste cependant inconnue. Et c’est ce que la justice cherchera à savoir, les enquêtes étant déjà ouvertes à l’endroit de l’opérateur économique suspect et de l’officier militaire cité. En réaction, la société civile de Butembo condamne fermement les faits et demande que les suspects soient identifiés et arrêtés.  Pour Van Germain Katsiwa qui en est le vice-président, ‘‘le vin est tiré, il faut le boire. Celui ou ceux à qui appartiennent les effets militaires retrouvés dans ce conteneur doivent être déférés devant la justice et la population a bien le droit d’en savoir plus lors d’un procès qui devra être organisé le plus tôt’’ recommande la société civile.

Toujours au chapitre des réactions, le RCD KML, un parti politique proche du pouvoir, dit prendre très au sérieux cette affaire et exige des enquêtes minutieuses.  Dans un document que le parti politique d’Antipas Mbusa Nyamwisi a rendu public sur son site internet, le RCD KML recommande nous citons, ‘‘Que l’Auditeur Supérieur suive de près cette question, que l’instruction de ce dossier soit confiée à un magistrat militaire du grade de colonel ou plus pour bien instruire ce dossier, le premier suspect Monsieur MONZEMBO ayant le grade de colonel, de la 31ème Brigade URR.’’ Fin de citation. Le RCD KML parle de Monsieur Monzembo qui serait un colonel. Et à l’observateur de s’interroger si celui-ci est différent de Mr Monzebo qui est aussi colonel de l’armée avec pour fonction, commandant ville des FARDC à Butembo. Sachez que cette cargaison est composée de 100 pièces de gourdes militaires et 100 pièces d’écharpes militaires selon la réquisition d’information de l’auditeur militaire. Les photos qui circulent dans les médias sociaux sont diversement commentées en ce qui concerne le contenu de ce colis. Certaines personnes y voient des tenues militaires semblables à celles de l’armée Ougandaise. C’est peut-être le début d’un feuilleton encore loin de se refermer.

Emmanuel KATERI

WP Radio
WP Radio
OFFLINE LIVE