Butembo/Récent rapport de l’ONU, vives réactions des habitants après y avoir lu le nom du député Tembos Yotama

Le député national Tembos Yotama est cité dans le dernier rapport de l’ONU comme faisant partie des organisateurs des manifestations anti-Monusco. L’apparition du nom de cet élu de Butembo sur cette longue liste sur laquelle on trouve aussi le nom du militant Clovis Mutsuva de la LUCHA section de Beni, est diversement commentée sur les réseaux sociaux.

En ville de Butembo par exemple, plusieurs citoyens qui commentent cette actualité se disent surpris du fait que l’élu de Butembo soit injustement indexé comme faisant partie des organisateurs des manifestations anti-Monusco.

« Je ne comprends pas ce que le nom de Tembos Yotama vient faire dans le rapport des experts des Nations Unies. Je pense que c’est pour le faire taire comme il est parmi les rares qui dénoncent les insuffisances et les bavures de la MONUSCO, qui est allée jusqu’à tirer sur des civils manifestant contre son inefficacité et sa présumée implication dans les massacres de Beni et Ituri d’une manière ou d’une autre », analyse un internaute qui réagissait dans un groupe WhatsApp.

Un autre internaute commente que c’est le courage de l’honorable Tembos Yotama et son sang froid qui lui attirent cette haine de la part des Nations Unies.

« Il a écrit le Rapport Yotama, c’est-à-dire qu’il a mené des investigations. Il est possible que les Nations Unies craignent qu’il divulgue des renseignements qui peuvent les compromettre ou dévoiler des choses qui jusqu’ici restent ignorées du public », écrit-il faisant observer que d’autres  députés avaient ouvertement condamné les agissements de la MONUSCO qui avait forcé la barrière douanière de Kasindi en tirant sur des civils. « Pourquoi eux ne sont pas cités dans le rapport », s’interroge l’internaute.

Pour un habitant de Mutsanga, la base du député Tembos,  cette façon de faire des experts de l’ONU ne vise qu’à faire peur aux personnes déterminées à se battre contre la persistance de l’insécurité en RDC, particulièrement à l’Est.

Dans ce rapport de l’ONU sur les manifestations anti-MONUSCO se trouvent d’autres figures membres des organisations qui documentent et dénoncent au quotidien les massacres des civils à l’Est du pays et la mauvaise gouvernance sécuritaire, à savoir la Véranda Mutsanga, la Lucha, la Génération Positive, etc. Elles ont toujours dénoncé ce qu’elles qualifient de « complot contre la RDC », complot dans lequel la MONUSCO a souvent été cité.

Plusieurs fois le député Tembos Yotama, comme certains acteurs de la société civile, ont toujours appelé le gouvernement de la RDC à diligenter des enquêtes autour de la complicité présumée de la MONUSCO dans la continuité de l’insécurité à l’Est de la RDC.

Jackson SIVULYAMWENGE