COP 27 : Alors que le bassin du Congo séquestre au lieu d’en produire, la tonne de carbone congolaise revient 5 usd contre 60 à 100 ailleurs, dénonce Eve Bazaiba

A la COP 27 qui se tient en Egypte depuis le dimanche 6 novembre, la Vice-Premier Ministre  et Ministre Congolaise de l’Environnement rappelle au monde que la RDC est un pays solution. Dans son discours du haut de la tribune , ce mardi 09 Novembre, elle a rappelé que pour bien jouer son rôle, la RDC doit avoir accès au fond d’adaptation , à un prix unique du crédit Carbone et surtout à la transformation locale des matières premières stratégiques dans la transition énergétique.

Ce sont les potentialités naturelles de la RDC qui font de ce géant pays la solution dans la lutte contre le changement climatique  a tenu à rappeler Eve Bazaiba.

« La solution naturelle que nous cherchons, il s’agit du potentiel forestier que nous mettons à la disposition de l’humanité. Tout le monde le sait certainement, je voudrais juste rappeler que le bassin du Congo signifie  268 millions d’hectares de forêt tropicale humide  dont l’humanité a besoin pour avoir la capacité nécessaire de séquestrer la pollution, le CO2, les gaz à effet de serre et autres. La RDC c’est aussi 10 pourcent des réserves mondiales d’eaux douces. 52 pourcent d’eaux douces en Afrique  avec un fleuve qui a un débit puissant capable de nous donner l’énergie hydroélectrique dont la desserte nous permettra de ne plus faire pression à la forêt que nous tenons absolument à préserver. Le cobalt, le lithium, l’acier, le coltan, pour réussir la transition écologique. »

Pour que ce rôle de pays solution soit effectif, il y a des préalables auxquels la RDC  doit avoir accès, martèle Eve Bazaiba.

« Il nous faudrait que ces minerais soient non seulement exploités et mis à la disposition de l’humanité mais aussi transformés localement pour permettre aussi aux peuples africains d’accéder à un prix abordable  des instruments de la transition écologique. Il s’agit aussi d’avoir accès aux fonds d’adaptation et pour l’atténuation. Il s’agit aussi de bénéficier du prix unique et  identitaire  du prix de la tonne du Carbone. Il est inconcevable que nous qui possédons la solution, notre tonne de Carbone puisse être vendue à 5 USD alors qu’ailleurs la même tonne vaut 60 à 100 USD. »

Malheureusement, jusqu’à aujourd’hui les pauvres paysans de la RDC et de l’Afrique sont les premières victimes du changement climatique alors qu’ils ne produisent pas le CO2 auteur de l’effet de serre. Pire encore , quand ils ont des petits fonds insignifiants d’adaptation, ces mêmes pays sont aussi obligés de contribuer au panier commun de fonds de dommage et d’adaptation déplore la Warrior Eve Bazaiba.

Hervé Mukulu