Environnement : Pour ou contre l’exploitation du pétrole dans le parc national des Virunga ? Voici la réponse d’un conseiller au ministère de l’environnement de la RDC

L’idée de l’exploitation du pétrole dans le parc national des  Virunga est en contradiction flagrante avec toute idée de conservation de notre biodiversité. Avis de Me Bienfait Sivika, conseiller en charge du reboisement et horticulture à la vice-primature et ministère de l’environnement de la RDC.

La problématique de l’exploitation du pétrole dans le parc national des Virunga reste une question d’actualité parce qu’il faut se battre chaque jour pour que cela n’arrive pas. L’intérêt pour la population congolaise et même celle du monde, c’est de garder intact la forêt de la RDC connue aujourd’hui comme le poumon vert sur lequel le monde devrait compter le plus estime Me Sivika. Le conseiller de madame le ministre de l’environnement prenant une position personnelle sur cette question dans une interview accordée à La Voix de l’Université Catholique du Graben note que toute proposition d’exploitation minière ou des hydrocarbures dans les aires protégées  est paradoxale à l’engagement du gouvernement de la RDC qui voudrait étendre ces aires protégées de 14 à 17 pourcents du territoire national.

‘‘ Je ne vois pas comment le chef de l’Etat et madame Eve, pourraient permettre l’exploitation de ces énergies fossiles dans le parc national des Virunga alors que, dans notre CDN, notre Contribution Déterminée, nous avions pris urbi et orbi l’engagement d’étendre justement les aires protégées de 14 à 17 pourcent de l’étendu national. Je ne peux pas comprendre comment une aire protégée aussi importante que celle de Virunga peut perdre une partie de son espace à cause de l’exploitation des énergies fossiles. Ce serait une contradiction flagrante et notoire.’’

La législation de la RDC est également contraire à l’idée de l’exploitation minière ou des hydrocarbures dans le parc, ajoute Me Sivika.

‘‘ Il est formellement interdit de faire de l’exploitation minière dans les aires protégées. Et puis la plupart des aires protégées de notre pays sont classées au patrimoine mondial de l’Unesco. Ce sont tout simplement des forêts classées et sont justement en dehors de toute exploitation, sauf celle qui leur est profitable comme la recherche ou le tourisme.’’

Le conseiller Bienfait Sivika rassure par ailleurs de la bonne marche de la diplomatie environnementale que mène actuellement madame le ministre de l’environnement Eve Bazaiba.

L’idée c’est d’amener la RDC à tirer le maximum d’avantages de son rôle de pays solution en ce qui est des questions du changement climatique. Ainsi, il est contradictoire de laisser passer un projet d’exploitation du pétrole dans le parc alors que la logique de conservation prévaut actuellement plus que jamais  selon Bienfait Sivika.

Emmanuel KATERI

WP Radio
WP Radio
OFFLINE LIVE