Etat de siège/Couvre-feu : les ramasseurs des sauterelles sommés à ne pas aller au-delà des pièges

Les mois de novembre et décembre sont une période consacrée au ramassage des sauterelles. Une manne qui tombe du ciel et que d’aucun ne voudrait louper.  Dans une interview nous accordée ce lundi 29 novembre 2021, le bourgmestre de la commune Kimemi est revenu sur certaines mesures arrêtées pour concilier le ramassage de ces petits insectes prisés par la communauté locale et les besoins sécuritaires.

Dans le contexte de l’état de siège caractérisé par le couvre-feu instauré de 21h à 05h, en ville de Butembo, plusieurs piégeurs des sauterelles ne sauraient pas comment capitaliser  leur petit business.

Selon le Commissaire Supérieur Job Luwawa, la mesure de réglementation de ramassage des sauterelles aux heures du couvre-feu a été adoptée par les   membres du conseil urbain de sécurité au cours d’une assisse du Centre de Coordination des Opérations, CCO. Les cueilleurs de la manne sont invités à ne pas s’éloigner des parcelles où sont installées leurs pièges mais également à participer à la sécurité.

« Cette période est exceptionnelle tout comme la période exceptionnelle de l’état de siège. Etant donné que c’est une manne qui tombe du ciel, le comité de sécurité avait jugé bon de renforcer la sécurité dans la ville. Ainsi donc,  il était question que tous ceux qui viennent d’ailleurs soient dans un lieu bien déterminé au lieu de divaguer dans toute la ville craignant des infiltrations aussi des vols. Toute personne qui viendra avec sa famille doit sécuriser ses enfants », explique le bourgmestre.

Retenez qu’une meurette  des sauterelles non grillées se négocie sur le marché au prix de 1000 FC. En cas de rareté, elle grimpe jusqu’à 5000 FC.

Georges Kisando Sokomeka

 

WP Radio
WP Radio
OFFLINE LIVE