Etat de siège: le boycott des plénières par les élus nationaux frise l’irresponsabilité (SOCIV-NK)

Boycott de plénière demandant la prorogation de l’état de siège, la société civile déplore  cette attitude qui selon elle, frise l’irresponsabilité.

Pour Edgard Mateso, vice-président des forces vives en province du Nord-Kivu, les élus du peuple devraient rester dans l’hémicycle pour faire entendre les cris de détresse de leurs électeurs qui exigent la levée de l’état de siège. Claquer la porte aux plénières est une vieille stratégie qui a déjà montré ses limites dans le passé.

« Il est possible que les députés aient leurs raisons. Mais nous pensons que c’est presque irresponsable. Quand ils choisissent d’aller à l’extérieur c’est-à-dire que c’est toute la population du Nord-Kivu et de l’Ituri qui est à l’extérieur, absente de cette instance de prise de décisions.  Et pourtant, ils sont là pour représenter la population. Alors où se trouve leur mission de représentation de la population lorsqu’ils décident d’être absents des instances de prise de décision. Nos députés devraient prendre une autre stratégie ou alors avouer franchement à la population qu’ils n’ont pas été en mesure de faire passer le message de la population et celle-ci va tirer toutes les conséquences »,  explique Edagrd Mateso.

 

Retenez que l’Assemblée nationale et le Sénat ont adopté lundi 18 avril 2022 une nouvelle prorogation de l’état de siège dans les provinces de l’Ituri et du Nord-Kivu.

Cette nouvelle prorogation s’était faite à l’Assemblée nationale sans les élus de ces deux provinces qui ont également suspendu leur participation aux prochaines plénières relatives à la prorogation de l’état de siège.  Une autre initiative pour la levée de l’état de siège est portée par cinq députés nationaux dont quatre du Nord-Kivu et un de l’Ituri. Ils ont déposé ce mardi 19 avril 2022, au bureau de l’Assemblée nationale, une proposition de loi pour mettre fin à l’état de siège.

 Georges Kisando Sokomeka

 

 

 

WP Radio
WP Radio
OFFLINE LIVE