Etat de siège : Qu’est-ce que les FARDC doivent faire pour sécuriser l’Est? La population de Butembo donne des pistes

Ce 17 mai, les congolais commémorent la prise du pouvoir en 1997 par les rebelles de l’AFDL conduits par Mzé Laurent Désiré Kabila. Près de 25 ans après, l’Est de la RDC reste sous une insécurité chronique. Pour y mettre fin, le Président Felix Tshisekedi a instauré un Etat de siège dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri depuis le 6 mai. Qu’est-ce que les FARDC doivent faire pour être à la hauteur des défis qui les attendent? La population de Butembo donne certaines recommandations.

De l’épuration des FARDC à la sécurisation des frontières en passant par la confiance mutuelle avec la population, les propositions sont légions pour que les forces loyalistes réussissent la mission du rétablissement de la paix à l’Est.

Le peuple étant le meilleur agent de renseignement, les nouveaux officiers devront faire preuve d’humilité conseille un militant d’un groupe de pression.

 « Même quand on a l’information, la manière avec laquelle les officiers vont vous approcher fait peur au point de ne pas leurs donner les vraies informations. Car même lorsqu’on donne les informations on est aussi embarqué. Qu’ils soient humbles pour que le peuple les approche facilement. »

Ceci doit être suivi de l’épuration des FARDC infiltrées à travers les différents mixages. Puis il faut couper les sources de ravitaillement de ces milices proposent des motards.

 « Il faut épurer notre armée car on ne peut pas se promener avec l’ennemi et attendre avec une solution de lui », rajoute un motard, complété par un autre : « Ils peuvent combattre les rebelles dans cet Etat de siège, les milices reculent pour revenir après. Il faut d’abord couper les sources de ravitaillement de ces milices »

La sécurisation des frontières est à prioriser car nous subissons des guerres importées souligne Maitre Billy Saghasa, doctorant à l’UCG.

« Primo, l’armée doit rassurer la population. La guerre au Nord-Kivu, il se peut qu’il y ait plus de politique que de réalisme. Il faudrait que notre armée soit impitoyable car on a longtemps souffert. Il faut que notre armée puisse sécuriser nos frontières car ce qui est vrai on est plus victime d’une guerre d’autrui. Au niveau du Rwanda et de l’Uganda, ils ont su ôter le désordre de chez eux pour les ramener chez eux. »

Pour protéger 2.345 milles kilomètres carrés et 80 millions de Congolais, nous avons 129 395 militaires, statistique de 2009 dont 25% d’officiers, 37% des sous-officiers et seulement 38% des non gradés rappellent le mouvement citoyen LUCHA. La 11e  armée en Afrique avec 50 appareils volants, 20 Vaisseaux, 145 Chars, 200 véhicules blindés pour 280 millions de dollars de budget ajoute le média en ligne Habari RDC

A lire absolument: RDC : Tout comprendre sur un Etat de siège avec le Prof Malonga auteur du livre « Droit constitutionnel et institutions politiques, théories générales et Droit constitutionnel congolais »

HERVE MUKULU

WP Radio
WP Radio
OFFLINE LIVE