Foot-RDC : les litiges reprochés aux Léopards de la RDC ne sont pas fondés (Armel Munanirya, Analyste Sportif)

Les litiges d’arbitrage reprochés au gabonais qui a officié le match RDC-BENIN dimanche 14 novembre 2021 à Kinshasa par les béninois sont balayées par Armel Munanirya, consultant en matière de football de la Voix de l’UCG. C’est notamment le pénalty sifflé sur la rétention de Ben Malango par un défenseur béninois et le nombre de remplacements opérés par le sélectionneur de la RDC, Hector Cuper.

«Le capitaine défenseur béninois Kaled Adénon retient légèrement Ben Malango dans la surface de réparation pendant qu’il s’apprête à jouer une balle sur le centre qui venait de la gauche vers la surface de réparation. Que devrait faire l’arbitre quand Ben Malango démontre qu’il est incapable de jouer dans la surface de réparation parce qu’il est retenue pendant trois secondes. Et bien, il y a faute, et une faute se sanctionne. Bref, il y avait bel et bien pénalty. Et c’est Dieu Merci Mbokani qui ne se fait pas prier qui le transforme. Il n’y a pas de scandale du ciel. On ne peut pas reprocher à l’arbitre de l’avoir sifflé parce que les congolais aussi lui reprocheraient de ne l’avoir pas sifflé », explique Armel Muninirya.

Au sujet du nombre jugé élevé de remplacements opérés par Hector Cuper dans le camp des Léopards, Armel Munanirya évoque une exception dans l’interprétation de l’amendement temporaire à la loi 3 du jeu.

Voici ce que dit l’amendement temporaire de cette loi : « Durant le match, chaque équipe peut utiliser un maximum de 5 remplaçants, elle bénéficie d’un maximum de trois opportunités pour effectuer des remplacements, peut, en outre, effectuer des remplacements à la mi-temps ».

Selon Armel, les Léopards ont procédé à cinq remplacements pendant cinq opportunités au lieu de trois prévues par la loi, mais ils bénéficient d’une exception de cette loi.

«La RDC a utilisé cinq opportunités dont une à la mi-temps avec l’entrée de Kebano à la place de Kakuta, puis quatre autres. Ici, il y aurait violation si on restait dans l’interprétation scripte de la loi. Mais quand on entre dans l’interprétation étendue ou élargie de cette règle, on se rend compte que dans le préambule il est déjà écrit : [cet amendement temporaire a été introduit pour protéger le joueur en particulier lorsque les compétitions sont disputées sur une période serrée et dans les conditions météorologiques différentes car cela peut avoir un impact sur la santé du joueur]. Donc, c’est l’intégrité physique du joueur qui prime, et quand on y fait cette interprétation, alors on comprend que Ben Malango qui sort d’une blessure, il a joué jeudi, il rejoue dimanche, il a voyagé de la Tanzanie à Kinshasa et joue 48 heures après et il a plu à Kinshasa, et bien, il faut protéger l’intégrité physique du joueur », fait-il savoir.

La République démocratique du Congo a été qualifiée aux barrages de la Coupe du monde Qatar 2022. Après six matches de la phase des éliminatoires, les Léopards sont premiers du groupe J avec 11 points, devançant ainsi les Béninois d’un point, qu’ils ont battu sur le score de deux buts à zéro à la 6e journée. Dieu merci Mbokani a marqué à la 10e minute de la première période, et Ben Malango a scellé le sort en alourdissant le score à la 79e minute, sur un service de Mukoko Amale.

Avec cette qualification, les Congolais vont attendre le tirage au sort pour connaitre leur prochain adversaire. Le tirage au sort interviendra le 18 décembre 2021 à Doha. Au tour de cadrage, les 10 équipes qualifiées joueront en aller-retour. Le vainqueur sera qualifié à la phase finale de la coupe du Monde Qatar 2022. Le match de cadrage se jouera en mars 2022.

 

Georges Kisando Sokomeka 

WP Radio
WP Radio
OFFLINE LIVE