Goma : assassinats répétitifs, voici pourquoi l’état de siège devrait simplement être remplacé (Stewart Muhindo, LUCHA)

4 jeunes tués dans la ville de GOMA à l’espace de 1 mois. C’est une preuve de plus, si besoins il y en a encore, que l’état de siège n’est pas une solution sécuritaire pour la ville de Goma. La solution se trouve ailleurs soutient Stewart Muhindo, militant du mouvement citoyen Lutte pour Le Changement, résident à Goma.

 

Les services de sécurités font partie du problème sécuritaire en ville de Goma. Le renforcement de leurs pouvoirs sans mesures d’accompagnement prédisait déjà son échec rappelle Stewart Muhindo. Cet état de siège devrait tout simplement être remplacé.

« L’état de siège n’est pas une réponse appropriée à la situation sécuritaire ici parce qu’il est venu renforcer le pouvoir des services de sécurité qui faisaient déjà partie du problème. Et du fait qu’il n’est pas assez soutenu, qu’il n’est pas assez limité et qu’il n’a pas de mesure de suivi ; cet état de siège a très peu de chance d’apporter des résultats.  C’est un appel à le changer car on ne peut maintenir indéfiniment une stratégie qui a montré ses limites

La mission de l’état de siège est détourné au point que les services de sécurité sont devenus plus dangereuses que l’insécurité, par le fait que, « Les services de sécurité sont occupés à autre chose, à la perception des taxes, à l’administration des entités territoriales décentralisées, aux travaux publics, à plein des choses sauf d’assurer ce pour quoi ils ont été mis en place, ceux pourquoi ils sont destinés et formés n’est pas assuré : la sécurité et la protection des populations. », déplore-t-il.

Il soutient que, « Dans le contexte actuel, les services de sécurité sont autant dangereux que les bandits. C’est pourquoi il faut mieux, payer, mieux équiper, mieux soutenir la police et l’armée parce que les services de sécurité travaillent dans des conditions très difficiles sans moyens au point que même le plus honnête d’entre eux pourrait être tenté de connaitre des abus, pas  parce qu’ils sont mauvais mais parce qu’ils n’ont pas de choix. »

Si on enlève l’état de siège, on a l’occasion de remettre les services de sécurité à leurs place. Il faut renforcer les mesures de sécurité, de contrôle à l’entrée des agglomérations et non pas des restrictions contre les populations. Car on a l’impression que l’état de siège est plus dirigé contre la population que contre les sources de l’insécurité, déplore Stewart Muhindo.  Car même lorsque les habitants décident de se régler des comptes sans s’adresser à la police ou à la justice c’est une insécurité  signe d’échec des services en place, la population n’ayant pas plus confiance à ceux.

Hervé MUKULU

WP Radio
WP Radio
OFFLINE LIVE