Goma-Insécurité : le parlement des jeunes craint une manipulation du Rwanda (FRANK BISIKA)

Le parlement des jeunes du Nord Kivu pense que le Rwanda pourrait être à la base de l’insécurité à Goma pour pousser l’entrée de sa police annoncée dans cette ville. Les forces rwandaises devraient plutôt collaborer avec les services de sécurité pour combattre ce fléau.

«  Dans cette semaine où il y a eu annonce de l’arrivée imminente des policiers rwandais que s’observe la monté de la criminalité dans la ville de Goma. Tout ce qui peut être envisagé pour les questions de sécurité, nous pensons que c’est la collaboration civilo-militaire mais le Rwanda, nous ne pensons pas qu’ils soit un bon maitre ou un bon enseignant en matière de sécurité. Nous craignons que cette insécurité fortuite soit due au fait de pousser l’Etat à prendre cette décision alors qu’elle est moins favorable au peuple congolais

C’est l’appel de  FRANK BISIKA, président du Parlement des jeunes après les manifestations de colère l’avant-midi de ce vendredi 17 décembre. La tension était vive la matinée de ce vendredi 17 décembre 2021 aux quartiers Ndosho et Katoyi. À la base, l’insécurité qui a arraché la vie des paisibles citoyens la soirée du jeudi 16 décembre à Goma. Au quartier Katoyi, une personne est décédée sur place dans une fusillade, où une boutique a été cambriolée. Trois autres ont été blessées par balle dans leur fuite au quartier Ndosho. L’un des blessés a succombé dans la matinée de ce vendredi 17 décembre à l’hôpital. Les manifestants ont barricadé les grandes artères et brûler des pneus où la circulation a été bloquée durant des heures, la police est intervenue pour disperser les manifestants en tirant des bombes à gaz lacrymogènes. La société civile urbaine de Goma, qui déplore ces assassinats, suggère notamment l’évaluation  sans complaisance de la performance des autorités qui gèrent l’état de siège.

Emmanuel KATERI et Hervé MUKULU

 

WP Radio
WP Radio
OFFLINE LIVE