Guerre Ukraine-Russie : autant les USA n’avaient pas toléré un régime communiste dans leur voisinage, autant la Russie ne peut tolérer l’occidentalisation de l’Ukraine (Prof Nissé Mughendi)

La guerre que mène la Russie contre l’Ukraine était prévisible et de ce fait, évitable. La Russie étant la plus grande forteresse du monde ne pouvait tolérer l’influence occidentale à sa seule porte. Avis du Professeur Nissé Mughendi, enseignant de géopolitique et de géostratégie à l’Université Catholique du Graben et dans d’autres universités.

Il faut d’abord retenir que Russie et Ukraine ont une histoire culturelle, sociologique et politique commune. Des raisons historico-stratégiques peuvent justifier la survenance de la guerre entre les deux Etats, indique le spécialiste. Donnant l’exemple de l’histoire de la crise dite des missiles à Cuba en 1962, le Professeur Nissé Mughendi estime qu’autant les Etats-Unis n’avaient pas toléré un régime communiste dans leur voisinage, autant la Russie ne peut tolérer l’occidentalisation de l’Ukraine. Cette question divise d’ailleurs les ukrainiens eux-mêmes.

‘‘ Cette sorte d’occidentalisation progressive de l’Ukraine ne peut être tolérée par la Russie. De la même manière que les Etats unis n’avaient pas toléré la communisation de Cuba. Et la crise s’accentue en mesure que les occidentaux fassent pression sur la politique ukrainienne pour qu’elle s’occidentalise. Même s’ils n’ont pas encore accepté l’Ukraine dans l’Otan, ils ont quand même continué à séduire l’Ukraine. Ce pays a connu par exemple en 2005, un président pro occidental, qui, en 2010 a été remplacé par un pro russe, lui-même renversé par des pro-occidentaux. Et ce renversement d’un régime pro russe en Ukraine constitue un danger à la porte de la Russie.’’

La Russie a besoin d’États tampons dans ses alentours pour mieux supporter la politique du containment menée par les Etats Unis, explique encore le professeur. Le président Russe Vladmir Putine étant le fantôme de Staline, il était prévisible qu’il réagisse ainsi après ces tentatives qui menacent l’idéologie qu’il défend. Cette guerre, qui était prévisible, pouvait pourtant être évitée, ajoute le chercheur.

‘‘ Ils auraient pu se dire par exemple pour les américains. N’attaquez pas l’Ukraine, nous promettons d’arrêter de séduire et de soutenir l’Ukraine. Et dans ce cas l’Ukraine ne constituerait pas un danger pour la Russie. La Russie elle-même pouvait dire, si l’Ukraine accepte d’être finlandisée, d’accepter un statut de neutralité. Ça n’a pas été le cas. Ils ont tous été orgueilleux.’’

La Russie étant la plus grande forteresse du monde puisqu’elle ne peut être attaquée du Nord avec l’océan Arctique qui n’est pas navigable, de l’Est couvert par la Sibérie, un désert froid, et du sud essentiellement montagneux, sa seule porte de vulnérabilité c’est bien l’Ouest. Et à sa frontière Ouest, la Russie ne peut que réagir vivement à l’occidentalisation des Etats qui la longe. L’histoire récente de l’annexion de la Crimée en dit long.

Emmanuel KATERI 

 

WP Radio
WP Radio
OFFLINE LIVE