International: Alors que le Rwanda se réconstruit sur les cendres du génocide de 1994, la RDC en subit le contre coup 28 ans après (Prof N. Mughendi)

Le Rwanda a su construire un Etat de plus en plus fort sur les cendres du génocide de 1994. Paradoxalement, c’est la République Démocratique du Congo RDC qui subit le contrecoup de ce triste évènement 28 ans après. Avis du Professeur Nissé Mughendi, spécialiste des questions de sécurité et enseignant à l’Université Catholique du Graben.

Contrairement à la RDC qui n’a su tiré aucune leçon de sa longue crise, le Rwanda lui se reconstruit sur les cendres de son génocide explique le professeur Nissé Mughendi, enseignant de géopolitique dans quelques universités de la RDC. ‘‘ Je crois que le Rwanda a tiré le maximum de leçon de ce génocide de 1994. Moi j’ai visité le mémorial du génocide au Rwanda, mais je me suis rendu compte que après le génocide, l’histoire du Rwanda est en train d’être réécrite, en la faveur du régime en place. Évidemment il y a ce souci de remettre les rwandais dans des conditions de vivre ensemble. Après plus d’un demi-siècle de mésententes entre hutu et tutsi, ils construisent depuis 28 ans aujourd’hui leur vivre ensemble. Sur les cendres de ce génocide, ils construisent un Etat, ils développent des infrastructures…’’

L’Etat congolais est par ailleurs celui qui subit le contre coup du génocide rwandais estime le Professeur Nissé Mughendi. Il déplore l’attitude de la RDC face au Rwanda.

‘‘ L’Etat congolais subit le contre coup de ce génocide en terme de présence des FDLR, (Forces Démocratiques pour la Libération du Rwanda) en terme d’insécurité sur la partie de son territoire proche du Rwanda, en termes d’infiltration dans toutes ces institutions… Surtout, l’Etat congolais est tombé les pieds joints dans le piège du Rwanda. La RDC n’a pas réussi jusqu’ici à renvoyer les FDLR chez eux. Et par moment d’ailleurs, les FDLR auraient même été tolérées, peut-être même appuyées et utilisées en certains moments comme lors de la guerre contre le CNDP (Conseil National pour la Défense Populaire) tel que documenté par le rapport du Groupe d’Experts des Nations Unies. Ce faisant, la RDC ne se rend pas compte qu’elle joue le rôle du Rwanda.’’

La classe politique congolaise fait comme si elle s’est déjà entendue pour anesthésier l’Etat. La géante RDC est en genou devant le Rwanda qui, lui, perce sur plusieurs plans. Dans une sorte de distraction, la RDC ne fournit pas d’efforts pour elle-même et ne regarde pas à côté d’elle où, le développement des infrastructures rime avec la politique de séduction menée depuis quelques années.

Pour rappel, le génocide des Tutsi au Rwanda s’est déroulé du 7 avril au 17 juillet 1994, faisant plus de 800 000 morts. Ce génocide s’inscrit historiquement dans une série des faits, une sorte de projet génocidaire latent depuis plusieurs décennies.

Emmanuel KATERI