JM de la danse : la danse traditionnelle est impérissable pour son caractère inné (Père Claude Vindu)

La danse traditionnelle est un élément inné lié à l’existence d’une personne selon qu’elle partage les valeurs d’une culture donnée. Il est donc moins évident qu’une danse traditionnelle périsse à l’arrivée de celle d’une autre culture ou que ses exécutants s’en passent. C’est le point de vue du Chef des Travaux Claude Vinduvikumwa prêtre assomptionniste et Directeur du cercle culturelle Yira Mirembe. Il a ainsi opiné à l’occasion de la journée internationale de la danse célébrée ce lundi 29 avril. 

Une danse traditionnelle peut-elle périr face aux influences du courant moderne ? « Non », insiste le chercheur. Il précise plutôt qu’une danse traditionnelle x peut imiter certains éléments nécessaires chez une danse traditionnelle y, et vice versa, au nom de l’inculturation.

« On danse avec son corps, et dans son corps, il y a son sang. Je ne crois pas que même si je danse à la musique d’un Mukongo, ou d’un Muluba que je danse exactement comme ça se fait dans leurs traditions. Je me promène avec ma culture, tout en vivant en harmonie avec celle d’autres cultures. Ceci nous demande de rester nous-mêmes tout en communiquant avec d’autres pour éviter l’acculturation », explique-t-il

À cette occasion, il invite les jeunes musiciens et danseurs à intégrer la danse traditionnelle Nande dans leurs productions pour sauvegarder ce grand patrimoine culturel.

ElishaKindy

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *