JM de la femme : des jeunes filles des aires de santé Luotu et Magheria formées sur la menstruation et l’hygiène corporelle

Les tabous et les mythes au tour de la menstruation, le processus physique et naturel du cycle menstruel et l’hygiène corporelle de la femme. Ces trois principaux thèmes étaient au centre d’une séance de sensibilisation tenue, mardi 08 mars 2022, à l’intention d’une trentaine de jeunes filles victimes de violences basées sur le genre des aires de santé de Luotu et Magheria.

Les participants, des jeunes filles victimes de violences basées sur le genre et dont la plupart ont été rendus enceintes puis abandonnés dans la communauté, ont salué ces enseignements. Elles estiment que ce qui leur est arrivé pouvait être évité, si elles avaient reçu cette éducation  avant le temps.

«On vient de nous apprendre l’hygiène corporelle, surtout pendant la période de menstruation. Quand on traverse ce moment, il faut se laver de l’eau propre et bien préparer la lingette propre que l’on devra utiliser. Cela va nous aider à nous prévenir contre les grossesses non désirées et contre beaucoup d’autres choses », restitue une participante.

Parmi les facilitateurs, Docteur Paulin Kavalami, médecin traitant au Centre de santé de référence de Magheria, est convaincu que ces enseignements vont contribuer à la baisse du taux de grossesse de filles de moins de 18 ans et à rompre les mythes liés à la menstruation.

«Nous avons montré que la menstruation n’est pas vraiment un problème, c’est plutôt un phénomène physiologique normal qui doit se passer chez une femme normale. Donc, cette menstruation ne doit pas etre pris pour un tabou d’autant plus que c’est un phénomène normal de la femme. Les communautés ignorent ça, ce qui entraîne plusieurs cas de grossesse chez les jeunes filles  de moins de 18 ans. Notre souhait c’est que nous puissions aider ces jeunes filles, d’abord à comprendre que la menstruation est un phénomène normal ; les aider aussi à savoir qu’il y a une période dite fertile pendant laquelle une femme dois concevoir. Connaissant cette période, elles doivent éviter les rapports sexuels non protégés », explique Dr Paulin Kavalami.     

Cette activité organisée en marge de la Journée Internationale  de la Femme, s’inscrit dans le cadre du projet : Renforcer le système de santé publique afin d’apporter des réponses globales pour assurer l’exercice du droit à la santé et à une vie sans violence au Nord-Kivu, dans le contexte d’urgence sanitaire globale due au COVID-19 et à la naturalisation de la violence sexuelle et basée sur le genre.  Ce projet est exécuté par les ONG Femmes engagées pour la Promotion de la Soins de Santé Intégrale, FEPSI et Groupe des Associations de Droit de l’Homme et de Paix, GADHOP et Pharma Mundi

Jackson SIVULYAWENGE

WP Radio
WP Radio
OFFLINE LIVE