ESU-Butembo : Les enseignants bravent leur crainte et se disent prêts à enseigner en système LMD

Les professeurs, chef de travaux et assistants des universités et instituts supérieurs de Butembo et environs dans le Nord Kivu, sont prêts à affronter le défi de la généralisation du système LMD dès le début de l’année académique 2021-2022. Optimiste par le président de la sous conférence des chefs d’établissements de l’enseignement supérieur et universitaire ESU Butembo et environs et par le représentant du ministre de l’ESU. C’était à l’issu de la formation sur les fondamentaux du système LMD qui a connu la participation de plus de 1000 enseignants de l’ESU de Butembo et environs.

Après avoir suivi des enseignements centrés sur enseigner, évaluer et gérer autrement les institutions d’enseignement supérieur et universitaire ESU, les participants s’estiment prêts à affronter l’année académique prochaine qui va implémenter la généralisation du système Licence, Maitrise, Doctorat LMD.

« J’ai déjà étudié dans ce système, et ma grande joie c’est de découvrir que mon pays a finalement adhéré à ce protocole et qu’il veut entrer dans ce nouveau système », se rejouit l’abbé Ignace Matsungu , enseignant au théologat Saint Octave de Vulindi. « Nous y avons pris part, j’espère que nous allons réussir si on s’y tient bien. Ca va venir lentement. Ce n’est à dire que dès que l’on commence le LMD tous les  défis seront résolus », ajoute Architecte Aline Mbalutwirandi, assistante à l’IBTP Butembo.

« Avec les craintes que nous avions, je crois qu’on va se lancer dans la pratique du LMD, je crois qu’il n’y aura pas  de problème », espère une sœur, assistante à l’UAC.

« De toutes les façons on est obligé de s’adapter. Il n’y a pas d crainte, c’est l’heure de la technologie. Ceux qui ont des problèmes de l’outil informatique par exemple, ils seront obligés de pouvoir fournir des efforts », soutient le CT Jacente Muvunga, de l’ISTDM.

Par ailleurs, ‘‘nos institutions travaillent à s’adapter au nouveau système » indique le professeur Katsuva Alphonse, président de la sous conférence des chefs d’établissements de Butembo et environs. Il insiste sur les nouvelles technologies de l’information et de la communication : « Les institutions sont obligées évidemment d’investir dans l’informatisation sinon c’est un véritable gâchis du LMD. Parce que le LMD signifie aussi, l’utilisation des nouvelles technologies de l’information et de la communication dans l’enseignement et la gestion des établissements.’’ Et d’ajouter  ‘‘Apres cette formation le 5 janvier 2022, nous allons débarquer dans les auditoires avec un nouveau bagage et nous devons mordre à ce que le ministre nous demande de faire’’.

Enfin, disons qu’avec le LMD, l’offre de formation sera essentiellement tournée vers la professionnalisation comme indique le représentant du ministre de l’ESU. Le professeur Osée Masivi lance un message et rassure les étudiants.

« Aux étudiants de ne pas céder à l’intoxication de ceux qui pensent que le LMD sera un échec. Nous les rassurons,  qu’ils viennent le 5 janvier, ils trouveront les enseignants prêts à les enseigner autrement, les évaluer autrement et à les gérer bien autrement », rassure le conseiller au numérique du ministre de l’ESU.

Cette formation sur le LMD a tiré ses rideaux ce mercredi 29 décembre 2021 au Centre Eden River à Butembo. Rappelons que pour ce système, le cycle de graduat est supprimé. La licence devient ainsi le premier cycle pour 3 ans, le master le deuxième pour 2 ans et le doctorat le troisième cycle pour une période de 3 à 5 ans.

Emmanuel Kateri & Hervé Mukulu

Share this content:

Étiquettes:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *