Manifestation anti-MONUSCO : une militante de la LUCHA, victimes des violences policières, admise aux soins

Masika Charline a été molestée par les militaires et policiers jeudi 09 avril 21 pendant une manifestation organisée par 42   structures de la FEC et des mouvements citoyens    appelant  la population à la désobéissance civile et au  départ de la  MONUSCO, des agences du système des Nations unies et des ONG internationales.  

Les militaires et les policiers ont molesté cette pauvre jeune fille, a-t-elle témoigné au cours d’une interview accordée à La Voix de l’UCG sur le lit de l’hôpital.

« Ils m’ont giflé, ils m’ont piétiné avec des bottes sur la tête et sur les cotes. Ils m’ont même lapidé avec des pierres. Ce qui explique des inflammations sur la tête. Je ressens des douleurs également au niveau des côtes. Tous ces sévices corporels  ne vont pas me découragent. Aussitôt je quitte l’hôpital,  aussitôt je rentre dans la rue », témoigne-t-elle.

Les manifestations anti-MONUSCO viennent d’être sanctionnées par un mort. Il  s’agit d’un jeune garçon du nom de Messager qui était entrain de jouer au football au stade père Maurice de Furu selon certaines sources et d’autres rapportent qu’il était parmi les manifestants. Pour exprimer leur ras-le-bol face à ce meurtre, les manifestants ont incendié le bureau du quartier Congo Ya Sika et les documents s’y trouvant.  

Georges Kisando Sokomeka

WP Radio
WP Radio
OFFLINE LIVE